Philosophie et spiritualité


Retour à la page d'accueil

Dissertation : Peut-on être sûr de bien agir ?


Consulter l'Index thématique

Voir les leçons :

Leçon 54 Le bien et le mal
Sur quels critères nous appuyer pour distinguer le bien du mal?
A. Morale et tradition 
B. Le bien comme utilité sociale
C. Complexité du bien et du mal
Dialogue

Leçon 55 Les fondements du devoir
Peut-on fonder rationnellement l'exigence du devoir?
A. Devoir et raison pratique
B. Les limites du formalisme
C. Conscience morale, amour et compassion
Dialogue

Analyse du sujet :

"bien agir":

Agir dans le sens du bien, de telle manière que l'action soit support de vie. Le mot bien n'est pas un terme qui équivale à "bon" au sens de l'utilitarisme ordinaire. Le bien, ce n'est pas seulement ce qui paye, ce dont on profite, il ne consiste pas à se faire plaisir, se faire voir ou se faire valoir. La recherche du bien caractérise la moralité des intentions de celui qui agit et elle se mesure à la valeur des motivations individuelle. Plus celles-ci sont égocentriques et rattaché au seul plaisir ou intérêt personnel, plus on s'éloigne d'une action vraiment morale. Plus l'acte est détaché des considérations personnelles, plus il prend en compte l'humanité, la personne d'autrui, le bien et la dignité de tous, le respect et la promotion de la vie, plus il a une haute valeur morale. On pense avoir bien agi quand on croit avoir fait sont possible dans l'action pour suivre son devoir et que l'on ne voit pas comment on aurait pu mieux faire. Avoir bien agi ne signifie pas seulement avoir usé correctement d'un moyen, ou avoir fait les choses avec habileté. L'habileté peut fort bien être employé pour le seul profit en faveur de motivations douteuses. Bien agir ne désigne pas seulement une satisfaction de jardinier devant ses carrés de salades biens rangés. Bien agir au sens de l'habileté ne concerne que les moyens alors que le sujet interroge avant tout sur la valeur des fins poursuivies. Celui qui questionne de cette manière se demande si il aurait pu mieux faire dans le sens où il se demande s'il n'a pas fait une faute, ou une erreur grave. "Je me suis mis en colère et je l'ai gifflé". Je peux allègrement me donner sur le moment des bonnes raisons, et me rassurer dans ma stupidité outrée ; mais plus tard, quand les conséquences de mes actes se font sentir, et je peux me demander si je n'ai pas mal agi. Alors j'ai des remors, je regrette, et je me rend compte que je me suis comporté comme un imbécile. Chaque action suppose une décision qui a sa mesure dans mes motivations.

"être sûr"

Signifie être certain de, ne pas ... suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| corrigés de dissertation| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com