Philosophie et spiritualité


Retour à la page d'accueil

Dissertation : Peut-on ne pas savoir ce que l’on fait ?


Analyse du sujet:

«ne pas savoir»

Je sais une chose quand je possède et je maîtrise une information. Je sais (conduire une voiture, faire une moyenne, énoncer les dernières nouvelles etc.) signifie que je dispose consciemment d’un savoir qui m’est utile et qu’un autre pourra reconnaître (on peut me confier un calcul à faire, une personne à transporter, car je sais calculer ou conduire). Ne pas savoir, c’est ne disposer ni d’une maîtrise, ni du savoir et de la reconnaissance qui y est afférente. Ce que je ne sais pas, je l’ignore.. Pourtant, par on ne sait quel amour-propre, je puis aussi ne pas le reconnaître.  Ou bien, en toute bonne fois, je peut croire savoir une chose, alors que je n’en n’ai qu’une connaissance très limitée.

«ce que l’on fait»

Ce que je fais, c’est ce à quoi je m’applique, à présent au sens de l’acte conscient. Ce qu’on a fait désigne aussi, le passé, une somme d’actes considérés rétrospectivement et jugés d’un point de vue qui est postérieur à l’acte. La conscience que j’ai de mon action présente est une chose : je sais ce que je fais dans le sens où je suis effectivement en-train-de (rédiger un devoir, regarder une vitrine, surveiller la barre de mon bateau etc.) . Considérer mon action passée comme un tout ayant eu des conséquences qui méritent d’être évaluée est une autre chose.

Problématique:  suite

 

 

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| corrigés de dissertation| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com