Philosophie et spiritualité


Retour à la page d'accueil

Dissertation :


N°86. Dissertation:   Quelle conception de l’homme l’hypothèse de l’inconscient remet-elle en cause?

Analyse du sujet:

«conception de l’homme »

Représentation de ce que l’homme peut-être par nature, en d’autre terme, ce qui est son essence, ce qui lui est propre en tant qu’être humain et le différencie de toute autre entité vivante. Il peut y avoir une conception religieuse de l’homme : le christianisme par exemple dira qu’il a été par Dieu à son image et que son modèle il doit le trouver dans la figure de Jésus. Le sujet gravite plutôt autour de la conception philosophique de l’homme. Ainsi, J.. Rousseau définit la nature humaine à partir de quelques qualités essentielles : l’homme est un être qui possède la liberté, l’usage de la pensée, qui est doué de perfectibilité (capacité d’apprendre indéfiniment), qui a en lui la disposition à la pitié. Cependant, les dispositions naturelle de l’humanité doivent être développées au moyen d’une éducation correcte, faute de quoi elles resteraient en friche. A la différence, on dira que l’animal ne dispose pas d’un libre-arbitre, ne met pas en œuvre une pensée réfléchie dans des concepts (ce qui suppose un langage), il n’apprend que peu de choses et n’a pas une conduite fondée sur un sens moral.

« l’hypothèse de l’inconscient»

Une hypothèse est une assertion qui est avancée pour expliquer une phénomène dont on prétend rendre compte. Ce n’est pas une explication définitive mais surtout un point de départ. Prenons les actes manqués, nous faisons parfois des choses qui nous échappent et qui peuvent s’expliquer d’une manière ou d’une autre. Le lapsus pourrait s’expliquer en invoquant simplement l’hypothèse de la fatigue comme altération de la vigilance et diminution de la faculté d’attention. Plus nous sommes fatigués, plus il est difficile de tenir correctement les rennes de la parole. Mais il est aussi possible d’introduire l’hypothèse de l’inconscient, ce qui revient à dire que le lapsus est lié à une formation inconsciente qui est ignorée du sujet et demeure pourtant en lui. Selon Freud, une tendance refoulée a trouvé là un moyen de s’exprimer en provoquant une confusion dans les mots, confusion qui est une trahison. Cependant la formule « hypothèse de l’inconscient » peut se comprendre à travers une interprétation particulière, celle de Freud, auquel cas on remplacerait dans le sujet « hypothèse de l’inconscient «  par « théorie freudienne de l’inconscient ». C’est un glissement possible, mais s’il y a une hypothèse de l’inconscient, il y a en revanche plusieurs théories possibles qui en sont autant d’interprétations.

Le terme « inconscient » ne va pas de soi il désigne les contenus qui ne sont pas accessibles à la conscience. Si nous voulons préciser : Pris comme un substantif il est d’ordinaire interprété comme inconscient pathologique, lieu du refoulement et de conflit inaccessible à la conscience du moi. On parle d’inconscient personnel pour désigner le passé traumatique du sujet et ses troubles récurrents. Freud appelle Ça l’inconscient instinctif qui est le siège des pulsions. Par inconscient normal, on entend le travail de l’habitude et de la mémoire dans les opérations de la pensée et l’action : il est tout naturel que nous n’ayons pas besoin d’avoir conscience de tout ce qui se produit en nous. Le musicien a acquis des automatismes qui libèrent sa maîtrise.

« remet-elle en cause» suite

Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| corrigés de dissertation| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com