Questions et réponses sur la leçon:
La conscience d'unité


Paul Moyne
           Bonjour et pour information, moment que je qualifie volontiers d’historique, le 6 décembre 2012, à la Sorbonne (faculté de médecine), j’ai assisté à un exposé du professeur Luc Montagnier (Nobel) rapportant les résultats des recherches qu’il effectue actuellement ; celles-ci confortent les travaux de J. Benveniste et ouvrent sans nul doute désormais, la voie à de nouvelles et extraordinaires avancées en sciences médicales, sans oublier les corrélatives et révolutionnaires compréhensions de la dynamique des mondes du vivant et de l’inerte. Que l’on puisse, par exemple, "reconstituer" des éléments de structures biologiques, en l’occurrence des fragments d’ADN, par le biais d’ondes électromagnétiques "extraites" d’autres structures biologiques servant de références, montre en effet et en particulier, qu’il y a également du "sens" dans la matière inerte et que des ondes électromagnétiques en sont les vecteurs primordiaux puisque ce sont les seules à pouvoir traverser le vide quantique séparant les particules, atomes et molécules.
Sympathies

R. C'est une très bonne nouvelle. Au fil des ans, beaucoup de voix se sont élevées pour dire que dans quelques temps, on finirait par reconnaître la pertinence novatrice de Benveniste, tandis que malheureusement, pour l'intelligentsia universitaire, il devenait la tête de turc et le modèle du charlatan. Depuis les travaux remarquables qui ont donné lieu à un documentaire de Masaru Emoto sur l'eau ont été exactement dans le même sens. J'avais un peu entendu parler du sujet que vous évoquez, mais pas dans une publication officielle, je conserve une documentation à ce sujet.

Patrick Cresson
1/Si l’advaïta est la doctrine de l’Unité selon laquelle seul existe la Réalité, comment expliquer l’existence phénoménale ?

R. Le terme advaita est prudent, non-dualité, il est possible de montrer que la dualité est métaphysiquement illusoire, cependant l'intellect humain ne peut saisir l'unité car elle le dépasse, l'intelligence le peut dans une intuition, mais qui suppose un état de conscience supérieur à la conscience dans l'état de veille, la conscience d'unité. L'état dans lequel vivait en permanence Ramana Maharshi, Ma Ananda Moyi, Maharaj etc. Pour ceux qui ne vivent qu'à peine dans la vigilance, l'unité est donc un concept abstrait. Insaisissable quand on vit dans une forme de conscience duelle. On ne voit que le divers. Le phénoménal, car le mental est fait pour traiter ce genre d'information. Pour le déploiement de la Manifestation l'unité se donne dans le jeu de la diversité dans lequel justement elle est voilée. Cette existence manifestée en surface paraît exploser dans la diversité, mais paraît seulement. Juste une apparence. Cette apparence est l'existence phénoménale soutenue par l'espace-temps-causalité. Juste une vague sur l'Océan.

2/ Aussi, comment expliquer que même dans le cas du Sage qui a résorbé l’ignorance à propos du monde, semble toujours le percevoir ?

R. Avant il y a les montagnes, après il n'y a que la Vacuité, après il y a les montagnes. C'est une formule zen très souvent commentée. L'ignorant ne voit que le relatif, les montagnes et ils les pensent réelles, il ne pressent pas l'Absolu qui supporte toutes choses. Le chercheur spirituel rencontre l'expérience verticale de l'Absolu dans samadhi qui brusquement l'introduit dans l'Ultime Réalité  ineffable, la Vacuité qui est aussi Plénitude de l'Etre, ressortant de l'expérience transformé, il porte un regard nouveau sur les montagne, il sait maintenant qu'elle sont juste un phénomène dans le jeu de la Manifestation.

3/ Dans un de vos livres vous avez appliquez le terme de ‘phénoménologie spirituelle’ à l’advaïta. Comment définissez- vous dans ce cadre la phénoménologie ? 

R. La phénoménologie chez Husserl part d'une idée juste, revenir vers le vécu conscient, mais elle s'en tient à une description limitée par l'état de veille. Une phénoménologie spirituelle embrasserait les trois états relatifs rêve, veille et sommeil et les états supérieurs de conscience. Le Vedânta n'est vraiment compréhensible que comme la vision qui émerge du septième état de conscience, la conscience d'unité.

 

 

  pour ajouter un commentaire, cliquer sur l'image.

Avec la participation de Paul Moyne.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Dialogues| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 E-mail : philosophie.spiritualite@gmail.com