Questions et réponses sur la leçon:
 En quête de sens

Cette leçon est organisée autour d'un DVD magnifique, "en quête de sens". Le DVD a servi d'introduction à un cours de philosophie et la leçon a été rédigée ensuite dans le prolongement.

 

 

 

 


Bernard Tillon
L’introduction que j’ai lue de votre livre sur votre site internet m’a particulièrement interpellé - ce qui m’a aussitôt donné envie de l’acheter – et je souscris pleinement à votre analyse sur les
raisons de vivre.  Après près de 45 années d’activité professionnelle, je suis aujourd’hui «  à la retraite » - je déteste ce mot et le statut qu’il induit – et je m’interroge plus que jamais sur le sens de notre existence. J’essaie d’ailleurs d’écrire un « essai » sur le sujet et sur la condition humaine. Pendant des décennies, ayant souvent changé d’activités professionnelles et de pays, je me suis demandé quelle était ma mission sur cette terre ; en vain. Disposant aujourd’hui d’un peu plus de temps pour y réfléchir, je me pose surtout la question du « Pourquoi ? ».  Pourquoi vivons-nous tout ce que nous vivons, de notre petite enfance jusqu’au clap de fin ? Dans quel but, pour quelle finalité ? Et quel est le sens de l’épopée humaine sur cette terre ?

J’ai fait quelques recherches et j’ai beaucoup lu : penseurs, philosophes, scientifiques, économistes, théologiens, anthropologues… etc. Globalement, on sait assez bien expliquer comment l’homme que nous sommes, Sapiens, en est arrivé là où nous en sommes aujourd’hui. Mais personne ne sait répondre à la question : Pourquoi ?  Sauf les croyants qui bien sûr s’empressent de dire, parce que Dieu l’a voulu ainsi ?  Auxquels croyants on peut tout aussi rapidement – comme un gamin obstiné - reposer la même question : Pourquoi ?  Inutile de vous préciser que je suis agnostique (après avoir été baptisé à l’insu de mon plein gré et avoir baigné dans la religion catholique jusqu’à 18 ans). Les religions ne répondent en rien à la question ; elles seraient même hors sujet. Ce qui ne signifie pas que je rejette toute idée de spiritualité, bien au contraire.

Car, à bien y regarder, de deux choses l’une :

-          soit nous ne sommes qu’un organisme purement et strictement biologique, au même titre que toutes les créatures terrestres, auquel cas nous ne sommes qu’un maillon parmi d’autres de l’évolution de l’univers et ce sans aucun but. Notre brève existence va du néant au néant. Et la messe est dite. Notre existence n’est alors faite, dans la très grande majorité des cas, que de remplissages et autres occupations « terre à terre », «  en profiter » , et ce jusqu’au clap de fin ;

 -          Soit nous sommes un être spirituel, incarné – voire réincarné -  pour une existence terrestre très éphémère, et extrêmement limité dans ses capacités :  Et se pose alors la question « pourquoi » et dans quel but ?  Et au-delà, y-a-t-il une intention ?  Et pourquoi nous est-il si difficile d’accéder à cet Etre spirituel, emprisonné dans notre carcasse humaine ???

 Je suis personnellement affligé par deux choses :

-          De constater que très peu de personnes se posent ce genre de question ; quand on aborde le sujet, on « tue l’ambiance », on dérange ; on n’a pas envie de s’interroger, ne serait-ce que quelques minutes, sur le sens de ce que l’on vit au quotidien ; on préfère faire l’autruche et dire que tout va aussi bien que possible ; que de toute façon on n’a pas le choix ; on ne peut pas changer le monde ; que personne n’est revenu nous dire s’il y a un au-delà …etc. ; Il est vrai qu’il n’est pas réjouissant de réaliser que, dans la très grande majorité des cas, l’existence de l’être humain n’est faite que de remplissages ; des remplissages pour « s’occuper », assurer le quotidien de l’existence, l’élevage et l’éducation (ou souvent la non-éducation) des enfants, les contraintes (que l’on a soi-même générées), les loisirs – très importants les loisirs, pour « s’éclater » … et finalement passer le temps, voire même « tuer le temps ». Quelle tristesse !!!

-          De constater de la même façon, ce qui est sans doute le corollaire de ce qui précède, que la très grande majorité des gens vous disent, et spécifiquement lorsque l’on accède au « statut de retraité », qu’il vous faut en profiter !!!  Ce serait, comme vous le soulignez très bien, la principale raison de vivre : profiter ! argent, confort, consommation de tout ce qui est consommable !  Je veux bien admettre qu’on puisse sans doute « aimer la vie pour ce genre de raison, sans avoir pour autant découvert son sens ». Dans une société de consommation où tout est prémâché, prédigéré, pré-expliqué et dans laquelle on vous commande de ne surtout pas réfléchir (puisqu’on a déjà réfléchi pour vous, pour vous vendre les clés du bonheur et autres foutaises médiatiques), pourquoi pas ?...

Ce qui expliquerait grandement un certaine régression intellectuelle et surtout l’absence de toute évolution spirituelle de l’humanité.

 Depuis quelques millénaires, et surtout au cours des deux derniers siècles – lesquels ne représentent que 0,1 % de l’histoire de Sapiens – les progrès réalisés par l’humanité, dans tous les domaines –scientifique, médical, technique, communication, spatial, social, …etc – sont spectaculaires ; et leur évolution est exponentielle. Dans le même temps, l’évolution spirituelle de l’humanité est proche de zéro !!!

 « Nous n’avons tiré aucune leçon de la souffrance, et l’atrocité des guerres ne nous a rien appris. Alors, qu’est-ce qui nous fera changer et apprendre ? Quels sont les facteurs en jeu, à quelle profondeur jouent-ils ? Pourquoi nous autres humains, qui vivons depuis si longtemps sur cette planète, sommes-nous en train de détruire cette pauvre Terre, pourquoi nous détruisons-nous les uns les autres ? Quelle est la cause de tout ceci ? Au lieu de spéculer sur les causes, demandons-nous quelle est la véritable cause de cette situation, la vraie racine en l’homme. »  (Krishnamurti)

 Personnellement, ce qui m’intéresse, c’est d’accéder à plus de spiritualité, à mon Etre spirituel. Et très honnêtement, « je bloque », je ne sais pas comment y parvenir, ce qui n’est pas sans générer une certaine colère intérieure.  

Je m’intéresse beaucoup à la condition humaine et j’observe mes semblables ; j’observe que sur cette terre, l’homme ne vit pas ; il ne fait qu’exister, « profiter de la vie », comme vous le décrivez si justement,  mis à part quelques génies créateurs, notamment ceux qui s’expriment à travers l’art, et peut être quelques éveillés.

R.  j'ai bien aimé votre texte et je partage très largement vos vues, avec une confirmation écrasante de votre seconde option de deux choses l'une. Je ne me pose pas la question pourquoi parce que la vie n'a pas besoin d'un but, elle est un Jeu perpétuel de la conscience, une exploration infinie des possibles et une expérience. Penser en terme de but présuppose qu'on en aura fini, mais il n'y a pas de fin au jeu de la vie avec elle-même.

Vincent Primard
         Merci de me permettre d'exposer quelques réflexions en écho aux vôtres! Refuser de se poser LA question du sens de sa vie, c'est s'interdire l'accès à la dignité humaine. En effet, dans tout le règne du vivant, l'humain est le seul être à se poser cette question; en celà il se différencie fondamentalement de l'animal. La mésange aussi bien que la libellule ou le jaguar ou le dauphin ne se la posent pas, moi si."Quelle différence ?"me demandez-vous. Je vous réponds" TOUTE la différence!".Car se poser la question du sens de sa propre vie implique immédiatement que la réponse vienne de soi, et de soi seul. C'est effectivement ma part de LIBERTE, qui m'est échue dès ma naissance par ma condition d'humain, que je me dois d'assumer en donnant du sens à MA vie par mes actes. Il s'agit de prendre à ma charge ma part de responsabilité en assumant et en usant de cette liberté qui s'offre comme support à ma dignité. Se dérober à ce devoir, le fuir, l'ignorer, me semble au mieux faire preuve de faiblesse (nous ne sommes pas des dieux!) , au pire d'une insigne lâcheté envers moi-même mais surtout envers l'humanité dont je partage l'essence sacrée. Puisqu'il y a une dignité transcendantale qui nous appelle, qui nous supplie même de l'entendre, chacun doit choisir de faire le sourd ou non à ses sublimes sollicitations.

      A chacun de prendre en charge sa portion d'humanité à proportion de ses facultés: ici le quantitatif ne vaut pas, seul importe dans notre rapport à la Vie le qualitatif. Pour ma part j'ai opté en faveur de la dignité, donc de la liberté assumée, de la responsabilité et bien sûr de la moralité,car dans la vie tout est lié dans le même Empire dont nous sommes partie prenante au plus haut point en tant qu'animaux moraux, car libres de nos choix. On en est arrivé à un point tel, que notre société mondialisée dans le consumérisme indécent a perdu de vue que notre dignité et notre splendeur spirituelle sont le but caché et ultime de notre présence au Monde (comme volonté et représentation bien sûr!).Les plus hautes lois morales qui sont la gloire et le trésor sacré de l'humanité sont nées du plus profond du coeur humain,à chacun d'en être digne et de les vivifier dans sa simple vie quotidienne car toute morale ou toute éthique ne vaut qu'en acte. Bien chaleureusement vôtre.

 

 

  pour déposer un commentaire, cliquer sur l'image

Avec la participation de Bernard Tillon, Vincent Primard.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Dialogues| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 E-mail : philosophie.spiritualite@gmail.com