S. Freud  les illusions religieuses


     Les représentations religieuses, qui se donnent comme des dogmes, ne sont pas des précipités de l'expérience ou des résultats ultimes de la pensée, ce sont des illusions, accomplissements des souhaits les lus anciens, les plus forts et les plus pressants de l'humanité; le secret de leur force, c'est la force de ces souhaits. Nous le savons déjà, l'impression d'effroi liée au sentiment d'abandon de l'enfant a éveillé le besoin de protection protection par l'amour auquel le père a répondu par son aide; la reconnaissance du fait que ce sentiment d'abandon persiste tout au long de la vie a été la cause du ferme attachement à l'existence d'un père - désormais plus puissant, il est vrai-. Du fait que la Providence divine gouverne avec bienveillance, l'angoisse devant les dangers de la vie est apaisée. L'instauration d'un ordre moral du monde assurant l'accomplissement de l'exigence de justice si souvent demeurée inaccomplie au sein de la culture humaine, le prolongement de l'existence terrestre par une vie future, des réponses aux questions énigmes posées par le désir du savoir humain _ celles de la genèse du monde et de la relation entre le corps et l'esprit _ , tout cela constitue un formidable soulagement pour la psyché individuelle. Lorsque je dis que tout cela est une illusion, il me faut préciser la signification de ce mot. Une illusion n'est pas une erreur. L'opinion d'Aristote selon laquelle la vermine se développerait à partir des déchets était une erreur qui a été rectifiée par les d"couvertes scientifiques. En revanche, la conviction d'une jeune fille qui sait qu'un prince charmant viendra la chercher, l'idée qu'un jour le Messie viendra et établira un age d'or, ou bien la croyance selon laquelle l'enfant serait un être sans sexualité ( croyance finalement détruite par la psychanalyse ) sont des illusions. L'illusion dérive des souhaits humains et c'est pourquoi elle est difficilement extirpable ( on tient à y demeurer ). On peut corriger une erreur mais une illusion persiste car elle tient à la force des désirs. Il serait fort beau qu'il y eut un Dieu, créateur de mondes et Providence bienveillante, qu'il y eut un ordre moral du monde et une vie dans l'au-delà, mais il est néanmoins très frappant que tout cela soit exactement ce que nous ne pouvons manquer de nous souhaiter. Mais l'infantilisme est destiné à être surmonté, n'est-ce pas ? L'être humain ne peut pas rester éternellement enfant, il faut qu'il finisse par sortir à la rencontre de la vie hostile. Vous redoutez vraisemblablement que le progrès de la science et de la technique vienne à bout de cette illusion ? Eh bien! Laissez-nous espérer.
 

L'Avenir d'une Illusion.   

 Indications de lecture:

cf. leçons sur la religion du site. Voir aussi la leçon Les formes de l'illusion.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| documents| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
E-mail :  philosophie.spiritualite@gmail.com