Dominique Laplane     le langage est fictif, mais commode


     Berkeley, pour qui la perception est spontanément idéation, parle du « voile des mots », inaugurant une philosophie des sciences extrêmement moderne, saluée par Ernst Mach lui-même. C'est que Berkeley est le premier à avoir désubstantialisé la matière, voyant dans les mathématiques un symbolisme commode qui ne vaut que pour ses applications pratiques, art combinatoire qui ne saurait livrer l'essence des choses où l'incommensurable et le qualitatif défient la mesure et la quantité. Berkeley réactualisait ainsi au XVIIe siècle les lointaines discussions, au XIVe siècle, des calculatores d'Oxford sur l'impossible exactitude, conscients qu'ils étaient de travailler sur des symboles fictivement substitutifs des réalités considérées. La crise du sens sévit en Occident parce qu'on a pris la modélisation pour la chose modélisée. Tout y est devenu l'ombre de soi-même, à commencer par l'homme. Pourtant, dès le départ, Platon, dans La République, avait dit que les sciences ne sont qu'hypothético-déductives et qu'au-dessus de la pensée scientifique (astronomie, physique) existent la contemplation, la saisie intuitive de Dieu et de soi-même à son image, l'homme qui atteint ces hauteurs ayant laissé derrière lui ceux qui se contentent de n'être que l'ombre d'eux-mêmes. Platon, il est vrai, lui demandait de redescendre à des fins d'enseignement, c'est-à-dire de libération de la servitude qu'engendrent les illusions de toutes sortes, y compris les illusions « savantes ». Mais chaque époque n'a-t-elle pas ses sophistes ?

     C'est Condillac semble-t-il, qui, pour se dépêtrer des difficultés que rencontraient les sensualistes, eut l'idée d'assimiler pratiquement langage et pensée. Depuis, l'indissociabilité du langage et de la pensée est devenue une sorte d'évidence, à peine remise en cause par quelques penseurs isolés, tel Bergson. Cette idée aura encore été renforcée par la linguistique, à partir d'une affirmation de Saussure selon laquelle le rapport du langage et de la pensée est identique à celui des deux faces d'une même feuille de papier. On ne peut découper l'un sans découper l'autre, affirmation aujourd'hui absolument contredite par les faits rappelés plus haut. Comme la référence directe au monde extérieur n'est nullement reprise, sauf dans le cas particulier de la science, la doctrine insidieusement avancée constituait un retour à l'auto-référence. Dans de telles conditions, il n'est pas étonnant que l'on ait vu fleurir les philosophies les plus abstraites, presque totalement désinsérées de la réalité concrète, préoccupées seulement de leur logique interne.

Penser c'et à dire?, Armand Colin, 2005, p. 41-42.

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| documents| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
E-mail :  philosophie.spiritualite@gmail.com