Document

Rupert Sheldrake    la définition du matérialisme


         Dans son acception philosophique, le matérialisme soutient que la matière seule est réelle et que tout, conscience humaine comprise, peut s'expliquer en termes de matière. Sur le plan politique, l'idéologie matérialiste valorise le bien-être et le progrès matériels. Et dans la vie de tous les jours, il renvoie à un intérêt pour les besoins et désirs matériels, plus qu'à des valeurs spirituelles. Quel que soit le sens qu'on donne au terme de matérialisme, il implique donc que le monde matériel est l'unique réalité, ou du moins la seule réalité qui compte.

     Mais derrière le matérialisme sous toutes ses formes se cache pourtant la figure de la Grande Mère, qu'elle soit la réalité matérielle, Mère Nature, l'Économie ou encore l'État providence. C'est aussi l'environnement - qui nous entoure et nous contient, source de nourriture, de chaleur et de protection, mais à la merci duquel nous nous trouvons absolument, puisque l'environnement est indifférent et impitoyable, qu'il dévore et détruit. Quoique de nombreux matérialistes possèdent un côté romantique et reconnaissent implicitement, en privé, la vie de la nature, la plupart la nient explicitement et adoptent la vision conventionnelle de l'homme, conçu comme l'unique espèce véritablement consciente et réfléchie d'un monde par ailleurs inanimé. Dans leur optique, les métaphores maternelles qui envahissent toute la pensée matérialiste sont susceptibles de nous éclairer quelque peu sur la manière dont notre esprit fonctionne, mais ne sauraient avoir le moindre rapport avec la nature en soi, puisque celle-ci est inanimée et mécanique."

L'âme de la Nature, p. 89.

Indications de lecture :

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Documents| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com