Publications récentes

Essais :             Livres reçus par le site

        Remerciements aux auteurs qui envoient gracieusement leur livre pour le site. Nous ne pouvons pas préparer une recension pour chacun, nous publions ici surtout la quatrième de couverture. Nous mettons la présentation ici, à la réception de nouveaux ouvrages, nous déplaçons les anciens articles vers la dernière page de la liste suivante:  page 1, page 2, page 3, page 4, page 5, page 6, page 7, page 8, page 9, page 10.


Emmanuel Duits       Après le relativisme,

éditions du Cerf 2016

On est dans une société où l'on parle sans cesse de "rencontre", de "communication" et de vivre-ensemble, et tout cela sonne faux. On se prétend "tolérants" mais la tolérance consiste la plupart du temps à aller au foot ou danser ensemble, sans discuter des sujets qui fâchent. Un lecteur du "Monde diplo" et un autre de "Valeurs actuelles", une fille voilée et un laïc convaincu, pourront-ils être amis ? Rien n'est moins sûr !

Tolérance signifie désormais : "tu peux penser ce que tu veux, moi je pense le contraire et on n'en discute pas."

On dit "chacun sa vérité". On est dans un mensonge profond. D'où le malaise partout palpable, les gens qui se croisent dans la défiance, les replis communautaires.
 

La question principale de mon ouvrage est celle-ci : "le dialogue avec l'Autre est-il réellement possible – ou illusoire ?"

Je ne parle pas d'un dialogue superficiel autour du sport ou du dernier film ; je parle du dialogue le plus profond et engagé, le dialogue qui porte sur les valeurs, les choix existentiels et politiques.

Cette question va très loin. Par exemple, le dialogue avec le fondamentaliste religieux, ou le complotiste, ou le créationniste, est-il possible – ou non ?

Notre société est tout sauf la société du dialogue existentiel ; rencontrer des gens pour prendre le thé, faire la fête ou aller au foot, c'est le contraire du dialogue - exigeant et dangereux pour les deux parties.
 

Il y a 2 possibilités :

  • soit le dialogue existentiel est impossible ; chacun est enfermé dans ses valeurs, sa culture, sa communauté ou ses intérêt. Chacun accède à certains fragments du réel, à certaines expériences, qu'il ne peut pas partager avec les autres atomes sociaux. Les différentes philosophies et cultures sont incommensurables. Dans ce cas il ne reste que les affirmations identitaires. On ne peut ni partager ni comparer les options en présence ni trouver un terme de dépassement aux oppositions. C'est le choc des civilisations, des intérêts, des croyances.

  • Soit le dialogue existentiel est possible, on peut partager les faits, les expériences, puis chercher ensemble leur signification. Il est possible aux individus et aux collectifs de s'extraire de leur vision du monde. Un monde commun est possible. La notion de "vérité" (comme accord possible des esprits aux cultures différentes) fait sens.

Départager entre ces 2 réponses n'est pas simple.

Je prétends que la plupart des Européens postmodernes ont intériorisés l'option "pessimiste", anti-socratique, celle qui prétend que le dialogue existentiel est impossible.

Ils cachent ce désespoir jeté sur la raison sous le mot de "relativisme" et de "tolérance". En réalité, par cet impossible dialogue, l'on va vers le choc des identités, qui n'est qu'une conséquence du refus du dialogue socratique.
 

Les relativistes contemporains ont intériorisés les idées suivantes :

  • les systèmes de valeurs ne peuvent pas être comparés rationnellement, ils relèvent de choix indécidables (Max Weber) ;

  • les questions religieuses, métaphysiques, ne relèvent pas de l'argumentation, mais de la "foi" et la non-"foi" tout aussi irrationnelles l'une que l'autre ;

  • les questions politiques relèvent d'intérêts ou de volontés de puissances opposées, et ne sont pas dépassées par un Bien commun.

Dans cet horizon, le dialogue ne sert plus à rien. Il ne reste au mieux que la juxtaposition des communautés (au sens large : la communauté des conspirationnistes, etc.) ou la guerre de tous contre tous.

Pour réhabiliter le dialogue, il faut reconduire une chaîne conceptuelle, qui inclut la notion de vérité, de monde commun, de partage possible des expériences, de dépassement des intérêts particuliers.

Il faut donc lutter sur sa droite et sur sa gauche contre de nombreuses vulgates, issues de Marx, Nietzsche, Weber.

C'est l'objet de mon livre. Réhabiliter la notion de vérité pour rendre possible de nouvelles agoras, où les différents acteurs se rencontrent – réellement et non superficiellement.


J'ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon ouvrage "Histoire de la pensée philosophique"

aux éditions Bréal (510 p., 22 euros).

Il parcourt l'histoire de la philosophie de l'Antiquité à nos jours, en 56 chapitres. Chaque chapitre est rédigé en suivant la formule : un auteur ou un thème, un concept central et un texte.

Un soin particulier a été porté au lexique. De nombreux schémas et tableaux aident à clarifier les doctrines.

 J'espère qu'il vous intéressera et qu'il aidera les élèves et les étudiants à mieux comprendre la philosophie.


 

William Néria Plotin, Shankara, Spinoza : le dépassement de la raison et l'expérience de l'Absolu, 

préfacé par le professeur François Chenet. Actuellement doctorant en philosophie entre Paris-Sorbonne et l’Université Laval. 

 
Résumé : "Etude comparative du thème de la raison chez Plotin, Shankara et Spinoza. Ces trois philosophes, dans des contextes divers (hellénistique, hindouiste et rationaliste), cherchent à dépasser l'intellect pour s'unir à l'absolu. Ainsi, leur confrontation vise à découvrir si le thème du dépassement de la raison révèle un lien entre eux et un rapprochement entre les philosophies occidentale et indienne."
 
Si vous souhaitez le consulter ou l'acquérir, voici un des liens : 
 

L'HOMME SURPRIS Vers une phénoménologie de la morale Jean-Marc Rouvière Collection Ouverture Philosophique EAN : 9782343015248 • 114 pages Prix éditeur : 12,5 € Voir la fiche de ce livre

Au contraire de l’éthique qui est spéculative, procédurale, évolutive lorsqu’elle n’est pas routinière, la morale est contingente et hasardeuse. La morale est une création discontinuée ; présente ou absente au gré de la conjoncture conscientielle, inconsistante tant qu’elle est passive, pleinement elle-même lorsqu’elle se manifeste. Dès que la soudaineté d’un cas nouveau secoue la conscience - la possibilité de la morale étant comme en retrait, tapie dans l’ombre - la morale renaît en sa totalité toute virginale. Essentiellement et acrobatiquement occasionnaliste parce que foncièrement discontinue en autant d’occasions surprenantes, la morale n’est pas codifiable dans de gros livres moralisateurs. Elle n’est rien avant qu’une conscience humaine ne la suscite par des occasions qui la font exister en singularité ici et maintenant - chaque fois étant une nouvelle fois. Et nous désignerons la morale non comme une manière possible d’agir que l’on devrait ou non confirmer par l’action mais comme la réponse de principe que donne, dans un réflexe mental, tel homme en prise à tel cas de conscience. J’expérimente la morale, jusqu’à m’en étonner moi-même.

Jean-Marc Rouvière est l’auteur d’essais à la croisée de la philosophie et de la théologie, à partir notamment de lectures bibliques. Il est membre de l’Académie catholique de France. Roland Vaschalde fut l’élève puis ami de Michel Henry, il a rédigé avec lui ou sur lui de nombreux entretiens, articles et contributions.


Permettez-moi de vous signaler la parution de l'ouvrage décrit ci-dessous. Une telle publication, concernant toute l'Europe, me semble mériter l'attention du monde philosophique.
Bien cordialement.
 
Pr Stéphane Feye
Schola Nova - Humanités Gréco-Latines et Artistiques
www.scholanova.be
www.concertschola.be 
www.liberte-scolaire.com/.../schola-nova

 DISPONIBLE DÈS À PRÉSENT 


QUESTIONS HOMÉRIQUES

Physique et Métaphysique

chez Homère

Hans van Kasteel

Les commentaires sur le grand Homère sont légion, cependant très inégaux en qualité. Les débordements littéraires et superficiels ont achevé de transformer jusqu’à nos jours sa momie pour en faire le splendide ornement de salon que nous connaissons.

Selon Anatole France, « à l’heure actuelle, nous n’entendons pas un seul vers de l’Iliade [...] dans le sens qui y était attaché primitivement ». Qui se souvient encore de la définition de Rabelais :

« Homère, père de toute philosophie » ?

« Il faut donc envisager dans les ouvrages d’Homère [...] un sens hiéroglyphique ou allégorique, qui voile les plus grands secrets de la physique et de la nature. Les seuls philosophes naturalistes, et ceux qui sont au fait de la science hermétique par théorie bien méditée, ou par pratique, sont en état de le comprendre. Ils admirent dans ses ouvrages mille choses qui les frappent et les saisissent d’admiration, pendant que les autres les passent et n’en sont point touchés. » (A.-J. Pernety)

Seul est habilité à commenter valablement le texte d’Homère celui qui a saisi la vérité cachée derrière les dires menteurs de sa mythologie.

 

« Il s’agit le plus souvent d’un enseignement d’ordre physique, et Proclus, définissant l’interprétation allégorique, déclare que “l’on y fait des phénomènes physiques l’objet dernier des significations cachées dans les mythes”. Mais la théologie y trouve aussi sa place. » (J. Pépin)

Le lecteur trouvera, dans le présent ouvrage, un très large éventail des commentaires les plus intéressants sur l’œuvre d’Homère, principalement orientés vers le sens physique et théologique de ses poèmes.

En empruntant à Porphyre, pour intituler ce florilège, l’expression « questions homériques », nous entendons lui rendre son titre de noblesse. Il ne s’agit pas tant de savoir si l’Iliade et l’Odyssée sont l’œuvre d’un seul poète ou de plusieurs, ni si le nom d’Homère s’applique à un personnage historiquement existant ou non, que de percevoir l’intention de l’auteur dans tel vers ou tel passage.


EN PRATIQUE :

VOLUME : 1188 pages
FORMAT : 163 mm x 230 mm


COUVERTURE : cartonnée cousue
ICONOGRAPHIE: illustrations en noir et blanc : 109; en couleur : 1
ISBN : 978-2-9600575-6-0
PRIX : 59,00 euro, TVA  incluse
DATE DE PARUTION : septembre 2012


Frédéric Chaberlot    La science est-elle un conte de fées?
La science et ses applications ont radicalement transformé le paysage de nos sociétés. Son pouvoir en a fait un objet de fantasmes tel que nous projetons sur elle nos peurs et nos espoirs. Elle est encore perçue comme le moteur d'un progrès salvateur, capable de remplacer les
religions et leur message de rédemption. A l'inverse, les scientifiques sont parfois craints comme des apprentis sorciers mettant en danger notre monde. Partant de l'histoire et de la philosophie des sciences, mais aussi de la science-fiction populaire et du thriller ésotérique, l'auteur interroge : Qu'est-ce qu'une preuve scientifique ? Quelles histoires merveilleuses ou épouvantables la science raconte-t-elle ? Qui porte la responsabilité du geste scientifique? Un voyage passionnant et original dans l'univers de la science, pour comprendre d'où elle vient, ce qui l'anime, quelle est sa puissance, ce que nous attendons d'elle.


E.J. Duits Réussir les épreuves de philosophie, Studyrama.  

La philosophie naît lorsque je m'interroge sur ce qui me touche le plus profondément et détermine mes choix essentiels : quel est mon véritable but dans l'existence ? Comment puis-je construire mon bonheur ? La mort est-elle la fin de tout ? Elle vient aussi lors de questions sur le devenir collectif : On voit que ces questions sont tout sauf abstraites. A priori, chacun se sent désarmé devant de telles interrogations. Les philosophes se sont jetés à corps perdu dans de telles questions, consacrant leur vie et mobilisant toute leur énergie à chercher des réponses. Loin d'accepter ce qu'on leur disait, ils ont voulu construire par eux-mêmes, pas à pas, un chemin. Certes, ils ne se sont pas souvent trouvés d'accord, mais ils offrent à chacun d'entre-nous des éléments pour voir avec un peu plus de recul ses questions, les affiner, visiter différentes réponses proposées. Ils nous aident à mieux nous comprendre nous-mêmes et à user de notre liberté. Car il n'y a pas de contrainte ici ; la pensée coïncide avec une absolue liberté, personne n'a autorité sur moi, seul avec ma conscience je dois peser les arguments, les désirs, les décisions... Je suis mon propre roi et mon propre parlement. Mon esprit sera d'autant plus libre et vaste qu'il est peuplé de penseurs qui se répondent et se contredisent ; au lieu de me sentir obligé de suivre une voie, une religion ou une option politique, j'apprendrai à mettre en dialogue les différentes voix et m'émanciperai des tutelles, des autorités, des mots d'ordre, qu'ils soient ceux de mon milieu, des médias, des proches. Ayant une telle vision de la philosophie, mon ouvrage, destiné avant tout aux élèves de Terminales, se veut un outil de préparation au Bac mais aussi de réappropriation des différents thèmes. C'est pourquoi j'ai relié chaque thème à des questions concrètes (existentielles, politiques etc.) qui concernent chacun d'entre nous ou les grands débats de société. Je me suis appuyé sur de nombreux exemples empruntés à la vie quotidienne, à la littérature et à l'histoire, voire à la chanson, pour donner vie et chair à la philosophie.  

         Etudiants en Terminale, prépa ou Licence, trouverez les thèmes qu’il faut maîtriser pour réussir les épreuves de philosophie ou de culture générale. Chaque thème comporte entre 5 et 8 fiches, "Réussir les épreuves de philosophie" propose des exercices de réflexion. Ainsi au lieu de passer directement du cours à la dissertation, vous y trouverez une étape intermédiaire, qui vous permet de vous exercer et d'approfondir les thèmes, de vous approprier la démarche de l'interrogation philosophique. Après chaque fiche de cours, vous sont posées des questions qui obligent à aller plus loin, et dont il n'y a pas forcément de "réponse vraie". Selon la réponse que vous donnez, une nouvelle explication vous est fournie. Enfin chaque thème est accompagné d'un QCM pour vérifier que les points-clés ont bien été assimilés. Cet ouvrage se veut aussi un guide méthodologique qui propose : - pour la dissertation, une méthode en 6 étapes puis 20 sujets d’annales du Bac corrigés ; - pour le commentaire de texte, les principes et la démarche à suivre accompagnés d’un texte d'exemple entièrement traité.


Marc Halévy   Le Sens du Divin

L'auteur mène trois activités parallèles : Il étudie les sciences de la complexité et poursuit des recherches théoriques fondamentales sur la physique des processus. Il mène une activité de prospective, analysant l'évolution du monde humain et les changements de paradigme qui se profilent. Enfin, il a étudié la philosophie et l'histoire des religions, et s'est spécialisé en Kabbale et Tao-chia (Lao-Tseu et Tchouang-Tseu).

 
L'ère médiévale voulait "sauver les âmes". L'ère moderne voulait "fabriquer le bonheur". Deux immenses échecs ! On ne sauve pas les âmes de l'extérieur, même à grands coups d'Inquisition. On ne fabrique pas du bonheur à l'extérieur, même à grands renforts de surconsommation. Le salut et le bonheur se construisent de l'intérieur. Chacun est seul responsable de sa propre joie de vivre. Et pour cette quête, aujourd'hui, loin des images d'Epinal et des dogmes chrétiens, nous posons la question : qu'est-ce que "Dieu" ?
 

4ème de couverture

Nous vivons actuellement la fin de la Modernité. Les rêves des humanistes de libérer les hommes des jougs de la nécessité (naturelle) et de l'autorité (spirituelle), la pensée mécaniste de Descartes et Newton, le rationalisme des "Lumières", les utopies du positivisme, de l'industrialisme et des socialismes, tout cela s'est effondré dans les carnages et saccages, les camps et goulags du XXème siècle.
L'ère médiévale voulait "sauver les âmes". L'ère moderne voulait "fabriquer le bonheur". Deux immenses échecs ! On ne sauve pas les âmes de l'extérieur, même à grands coups d'Inquisition. On ne fabrique pas du bonheur à l'extérieur, même à grands renforts de surconsommation. Le salut et le bonheur se construisent de l'intérieur. Chacun est responsable de sa propre joie de vivre.
Et pour cette quête, aujourd'hui, loin des images d'Épinal et des dogmes chrétiens, nous posons la question : qu'est-ce que "Dieu" ?

Préface

Par BERTRAND VERGELY : "Marc Halévy ou le message ardent"

Et si Dieu était l'idée la plus philosophique, la plus scientifique, la plus utile pour la raison qui soit ? C'est la question que pose Marc Halévy, avec flamme plus qu'avec provocation, avec pertinence surtout, son propos n'étant pas de nous prouver que Dieu existe, mais de passer des faux dieux au Dieu qui fait sens. Ce en quoi il est le digne héritier de la tradition prophétique qu'il connaît et qui l'inspire (...).

page http://www.noetique.eu/livres/sens-du-divin/view


Jan Kersschot    N'être plus personne 

Dans ce livre, l’auteur nous fait partager sa profonde compréhension de la nature de l’Éveil. Il nous invite à reconnaître notre vraie nature et montre combien il est vain de rechercher une illumination projetée dans l’avenir. Essayer de comprendre comment on obtient l’illumination est aussi vain qu’essayer de faire tenir l’océan dans un pot de confiture. C’est l’effort de recherche lui-même qui fait obstacle à la vision de cela qui est déjà. Il se manifeste un intérêt croissant pour le non-dualisme, et il y a des gens qui ont le courage et la capacité de communiquer ce simple et radical message sans compromis. Jan Kersschot en fait partie. Jan Kersschot a étudié la médecine à l’Université d’Anvers et pratique la médecine naturelle en Belgique depuis 1986. A l’âge de 7 ans, il se posait déjà des questions annonciatrices d’une quête de la vérité suprême. Son intérêt soutenu pour la spiritualité et la philosophie l’a conduit vers les traditions orientales, parmi lesquelles le zen, le bouddhisme et l’advaita védanta. Chercher l’essence de la sagesse orientale tout en menant une vie d’occidental fut l’un des piliers de sa quête spirituelle. Sa rencontre avec Tony Parsons l’a finalement mené au terme de cette quête !
 
Paru aux Éditions du Lotus D'or

Patrick Vigneau  Découvrir Krishnamurti
Médiateur d’une lumière inaltérable, ce livre nous offre un tableau complet des thèmes essentiels chers à Krishnamurti.

Principes fondamentaux d’une perception directe du réel, dépouillée de toute forme ou symbole issus du passé de l’humanité.
Une philosophie pratique pour le temps présent, et peut-être aussi pour le futur.
Sébastien Fargue
Voilà près de 30 ans que j’ai découvert Krishnamurti, sa parole a révolutionné ma conscience et ma vie.
Patrick Vigneau
Une fois que l’on a bien perçu que nos conditionnements nous empêchent de percevoir la plénitude de la vie, Krishnamurti pose la question de savoir si l’être humain a la possibilité de se libérer de cette énorme masse de conditionnements. La réponse est positive.
Patrick Vigneau, d’abord professeur de math, fut initié au Kriya yoga, a vécu en Inde, puis devint sophrologue et thérapeute.
Il créa l’Institut de Sophrologie transpersonnelle et le réseau de Maisons de Paix.
Auteur de «Sophrologie et spiritualité» et «La sophrologie évolutive et l’éveil»
(Éd. Quintessence).

François Malespine Pratique de l'éveil ordinaire

Réf. : 978-2-910677-97-8
Prix : 16,00€

ire ne fait pas de nous des êtres libres, encore moins des sages.
Chaque jour est là pour nous le rappeler avec un humour mordant. Cela ne veut pas dire que rien ne change même si cela ne saute pas aux yeux !
Alors en quoi est-il si précieux ? Par lui, un chemin spécifique, ancré dans le réel, s’approfondit de jour en jour, changeant profondément notre relation au monde et à nous-même.
Ce livre parle de ce chemin et de sa mise en pratique.

François Malespine grandit dans une famille d’artistes-peintres. Après les Beaux-Arts il se forme au tissage artisanal.
Il effectue ensuite deux voyages en Inde. Puis il enseigne les arts en collège et en lycée, et expose en France et aux États-unis.
Actuellement il exerce son métier de peintre dans le Sud-Ouest.

Visiter le site L'Art de François Malespine
Pour   commander : www.loriginel.com
éditions l'originel
25 rue Saulnier - 75009 paris
tél 01 42 46 75 78


Laurent Begue Psychologie du bien et du mal éditions Odile Jacob.

             http://www.odile-jacob.eu/0207/3067/Psychologie-du-bien-et-du-mal.html#3067

       
En quelques mots : Le sens moral se développe au coeur des interactions humaines. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques récentes issues de la psychologie et des neurosciences, ce livre explore la forme que le bien et le mal prennent dans nos têtes et les conséquences que ces idées ont sur nos vies et sur nos échanges avec les autres.
Une page Facebook est également consacrée à la "psychologie du bien et du mal"
:

http://www.facebook.com/pages/Psychologie-du-bien-et-du-mal/187125121348087

         Pan de la nature humaine longtemps abdiquée aux philosophes, la morale est désormais un champ d’étude fascinant pour les expérimentalistes de la psychologie sociale. Laurent Bègue s’avère être un guide averti et épatant, et son livre un grand plaisir. » Pr Benoit Monin, Graduate School of Business, Stanford University.
       « A travers son livre sur le bien et le mal, Laurent Bègue nous offre le miroir de l'humanité pour comprendre nos forces et nos faiblesses morales. Indispensable pour ceux qui veulent progresser dans l'estime d'eux-mêmes ». Dr Philippe Presles, essayiste, auteur de "Tout ce qui n'intéressait pas Freud – Robert Laffont 2011.
        « Les coulisses du bien et du mal sont bien gardées. Les éclairer à la lumière des connaissances scientifiques issues de la psychologie sociale expérimentale est le défi relevé avec brio par ce livre/». Pr. Robert Vincent Joule, Professeur des Universités, coauteur du best-seller Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.
       « Prenant comme un roman policier. Une lecture obligatoire ». Markus Brauer, Directeur de recherche au CNRS.

Suite

Voyez aussi : publications du site   Livres recommandés  


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Parutions de livres| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com