Les repères philosophiques (suite)

Afin de mieux préciser l'enseignement de la philosophie et ses exigences, le groupe d'experts des programmes a proposé de recentrer la réflexion du nouveau programme sur des notions dites "repères", qui sont en quelque sorte transversales à toute question abordée dans les notions elles-mêmes. La liste suivante a été arrêtée :

Absolu / relatif - Abstrait / concret - En acte / en puissance - Analyse / synthèse - Cause / fin - Contingent / nécessaire / possible - Croire / savoir - Essentiel / accidentel - Expliquer / comprendre -En fait / en droit - Formel / matériel - Genre / espèce/ individu - Idéal / réel - Identité / égalité / différence - Intuitif / discursif - Légal / légitime - Médiat / immédiat - Objectif / subjectif - Obligation / contrainte - Origine / fondement - Persuader / convaincre - Ressemblance / analogie - Principe / conséquence - En théorie / en pratique - Transcendant / immanent - Universel / général / particulier / singulier.


 formel/matériel

La forme est comme le contenant, la matière est comme son contenu, la beauté du buste est dans sa forme, le marbre est sa matière

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

Dans la théorie de la connaissance on distingue vérité formelle et vérité matérielle, en esthétique on distingue la valeur de la beauté de la forme et la valeur de la matière,

genre-espèce-individu

Le genre est la classe générale qui se subdivise en espèces, dans l'espèce, l'élément fondamental est l'individu. Toute classification se sert de ces catégories. Raisonnement en termes de théorie des ensembles.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

Dans le genre du vivant, il y a l'espèce humaine, et dans celle-ci Socrate, un individu. Dans la taxinomie en biologie, on pratique la classification des espèces suivant les catégories auxquelles elles appartiennent (les mammifères ne sont pas les poissons, parmi eux...), en esthétique, si la musique est un genre, elle comprend plusieurs espèces, la musique baroque, la musique romantique etc.

idéal/réel

L'idéal est ce que la pensée pose comme un but à atteindre, le réel est ce qui est, assez loin de ce que l'idéal promet.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

En philosophie politique, on peut définir le contrat social comme un idéal, on peut aussi considérer que seul le réalisme a de la valeur, en esthétique, beauté idéale, et réelle. La morale dans le réel, c'est les moeurs, mais les moeurs ne sont pas la moralité idéale. Le droit fixe l'idéal dans le légal et l'oppose au fait qui est le réel. etc. Rousseau est un idéaliste. Machiavel un réaliste. Platon part de l'idéal. Aristote préfère partir du réel.

identité, égalité, différence

L'identité désigne ce qui constitue le même, en opposition à l'altérité qui désigne l'autre, la différence s'oppose à l'unité, l'égalité est un principe qui pose une équivalence entre individus différents.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

Dans l'approche psychologique, l'identité: soi-même, dans al relation à autrui, perception de la différence, la tolérance, respect d'un principe d'égalité, en philosophie politique, l'identité prend la forme d'identité nationale, comme unité d'un peuple, l'égalité est réalisée comme égalité de droit dans l'État, ce qui suppose l'existence de différences dans les conditions de vie des individus. Levinas, penseur de la différence, Descartes et l'identité transcendantale, l'égalité dans la déclaration des droits de l'homme etc.

page 1, page 2, page 3, page 4, page 5, page 6


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| repères| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com