Les repères philosophiques (suite)

Afin de mieux préciser l'enseignement de la philosophie et ses exigences, le groupe d'experts des programmes a proposé de recentrer la réflexion du nouveau programme sur des notions dites "repères", qui sont en quelque sorte transversales à toute question abordée dans les notions elles-mêmes. La liste suivante a été arrêtée :

Absolu / relatif - Abstrait / concret - En acte / en puissance - Analyse / synthèse - Cause / fin - Contingent / nécessaire / possible - Croire / savoir - Essentiel / accidentel - Expliquer / comprendre -En fait / en droit - Formel / matériel - Genre / espèce/ individu - Idéal / réel - Identité / égalité / différence - Intuitif / discursif - Légal / légitime - Médiat / immédiat - Objectif / subjectif - Obligation / contrainte - Origine / fondement - Persuader / convaincre - Ressemblance / analogie - Principe / conséquence - En théorie / en pratique - Transcendant / immanent - Universel / général / particulier / singulier.


principe-conséquence

Un principe est un énoncé à portée générale dont on peut tirer logiquement des conséquences.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

En logique le principe est ce qui sert de fil conducteur dans un raisonnement, lié avec cohérence par déduction à des conséquences que l'on ne peut pas éviter. Selon le falsificationnisme, une théorie est constituée d'une armature de principes dont on déduit des conséquences vérifiables vers les faits, avec ceux-ci nous pouvons corroborer la théorie ou la falsifier.

en théorie/en pratique

Le plan de la théorie est celui de la représentation, le plan de la pratique est celui de la mise en oeuvre de l'action.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

Dans la philosophie politique, le pragmatisme représente la position de la suprématie du point de vue de la pratique, l'idéalisme moral lui insiste sur la description théorique. En morale, le formalisme tend à montrer que l'on ne doit pas séparer les principes moraux de la pratique, il serait absurde de dire qu'une chose est juste en théorie, tandis que dans la pratique il en serait autrement. Dans l'histoire de la technique, la pratique précède souvent la théorie etc.

transcendant/immanent

Est transcendant ce qui est au-delà des phénomènes, est immanent ce qui se situe en-deçà.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

D'un point de vue théologique, en Occident Dieu est le plus souvent considéré comme Transcendant, tandis que la Vie est  un principe immanent. Dans la théorie de la connaissance, il est possible de regarder la représentation comme transcendante et la Vie pure du sentiment comme immanente. Michel Henry, philosophie de l'immanence, comme Nietzsche. Platon, souvent considéré comme une philosophie de la transcendance. Giono: Dieu comme immanent. Levinas : Dieu comme Tout-Autre, transcendant etc.

universel-général-particulier-singulier

L'universel est le principe qui s'applique à toutes choses, le général résulte d'un processus d'induction à partir des faits, la généralisation, le particulier est le contraire de l'universel, le singulier est la synthèse de l'universel et du particulier.

Contexte dans lequel ces repères fonctionnent :

En épistémologie l'universel est représenté par la théorie, le général est obtenu par l'induction des observations particulières, le singulier représente tel événement spécifique auquel la théorie vient s'appliquer. Popper fait une critique nette de l'induction. Elle n'a pas de logique. En histoire, l'événement est toujours singulier. Il n'y a pas de lois universelles. On peut tenter des généralisations à partir des contextes historiques, mais qui restent très relatives etc.

page 1, page 2, page 3, page 4, page 5, page 6.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| repères| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com