Textes philosophiques

Henri Bergson    la représentation religieuse protège contre l'idée de la mort


    L'événement a beau devoir se produire: comme on constate à chaque instant qu'il ne se produit pas, l'expérience négative continuellement répétée se condense en un doute à peine conscient qui atténue les effet de la certitude réfléchie. il n'en n'est pas moins vrai que la certitude de mourir, surgissant avec la réflexion dans le monde d'être vivants qui était fait pour ne penser qu'à vivre, contrarie l'intention de la nature. Celle-ci va trébucher sur 'l'obstacle qu'elle trouve placé sur son propre chemin. Mais elle se redresse aussitôt. a l'idée que la mort est inévitable, elle oppose l'image d'une continuation de la vie après la mort; cette image, lancée par elle dans le champ de l'intelligence où vient s'installer l'idée, remet les choses en ordre; la neutralisation de l'idée par l'image manifeste alors l'équilibre même de la nature, se retenant de glisser. Nous nous retrouvons donc devant le jeu tout particulier d'image et d'idées qui nous a paru caractériser la religion à ses origines. Envisagée de ce second point de vue, la religion est une réaction défensive de la nature, contre la représentation , par l'intelligence, de l'inévitabilité de la mort »".

Les Deux Sources de la Morale et de la religion,  p.136-137.

 


Accueil| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com