Textes philosophiques

Günter Anders postmodernité, fin des idéologies


    "C'est une bonne description du monde qui nous est aujourd'hui retransmis par la radio et la télévision. Lorsque tombe tout rôti dans nos yeux ou nos oreilles, il doit descendre tout seul en nous sans résistance, devenir nôtre, voire ne plus faire qu'un avec nous même.

    Notre monde actuel est post-idéologique: il n'a plus besoin d'idéologie. Ce qui signifie qu'il est inutile d'arranger après coup de fausses visions du monde, des visions qui différents du monde, des idéologies, puis que le cours du monde lui-même est déjà un spectacle arrangé. Mentir devient superflu quand le mensonge est devenu vrai.

    Ce qui a lieu ici est, dans une certaine mesure, l'inverse de ce que Marx, quand il espérait l'avènement d'une situation post-idéologique, avait prédit dans sa spéculation eschatologique sur la vérité: alors que selon lui la réalisation de la vérité devait entraîner la fin de la philosophie (et donc aussi de l'idéologie), c'est le mensonge qui est devenu réel, et le fait que de fausses interprétations du monde soient ainsi devenues  le monde a fini par rendre inutile toute idéologie explicite".

L'obsolescence de l'homme, p. 224-225.

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com