Textes philosophiques

Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut     le discours de la libération sexuelle


    "Le discours de la libération sexuelle a culpabilisé l'amour en tant que vécu, et l'a démodé comme écriture. S'il y a un romantisme aujourd'hui, il est libidinal et non plus sentimental. A la place de la passion, le désir; au lieu du coeur, le sexe. C'est à l'antique machinerie du corps et de l'âme que s'en sont prises les diverses idéologies du plaisir... Le désir peut se prévaloir du droit de revanche: en faisant taire l'amour, il rend tout simplement la monnaie de sa pièce à son ancien censeur. Car la sentimentalité ne semble avoir eu pour rôle que de travestir, voire d'empêcher le libre essor des pulsions. A l'heure où la répression sexuelle est jugées sous tous ses aspects, l'amour est au banc des accusés pour complicité de meurtre.

     Comment oserions-nous parler d'amour? Le coeur sous manque... On ne peut se faire l'avocat du coeur dans le procès qui lui est intenté, ni réinstaller l'amour sur le trône dont la révolution sexuelle vient de le faire descendre. On peut tout juste s'interroger sur la pertinence qu'il y a à être révolutionnaire dans le domaine de l'affectivité. Renverser les valeurs, en effet, c'est rester tributaire de l'idéalisme dont, par ce bouleversement, on prétend se dégager. En condamnant la sentimentalité au nom du désir, nous ne sommes pas sortis de l'opposition de l'âme et du corps... Que sont les nouveaux viveurs? Des puritains à l'envers.

Le Nouveau Désordre amoureux, Point, p.145-146.

Indications de lecture:

Cf. Leçon Violence et sexualité. D'après le style, ce chapitre serait (?) plutôt de Finkielkraut.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations  philosophie.spiritualite@gmail.com