Textes philosophiques

Husserl     le moi de l'attitude naturelle et la réduction phénoménologique


     "Tout homme parvenu à maturité et éveillé à la conscience se trouve donné à lui-même comme homme avec son moi humain et sa vie psychique humaine, il fait l'expérience naturelle de soi-même dans la réflexion naturelle qu'il pratique chaque fois qu'il dit: je perçois, je me souviens, je prends plaisir à telle ou telle chose, je désire, je veux, etc. D'autre part, il fallait d'abord découvrir la subjectivité transcendantale; chacun doit la découvrir pour soi-même, et tout d'abord il doit découvrir la sienne au moins une fois en sa vie. Il ne la découvrira que grâce à une méthode qui le libère de la contrainte que lui imposent les motivation de la vie naturelle. La réflexion pure et simple, aussi rigoureuse, attentive  et analytique qu'elle soit, ... restera ce qu'elle fut d'ores et déjà -sous une forme aussi imparfaite qu'on voudra- une expérience mondaine... Et tant que c'est le monde qui est présent pour moi, je suis dans le monde, cet homme, cette vie psychique humaine. quel motif pourrais-je avoir dans ma vie naturelle naïve de m'élever au-dessus de cette attitude naturelle? Apparemment, pour que cela se produire, il faut que la validité que j'attribue à l'expérience mondaine en l'accomplissement naïvement, en l'accomplissant dans la croyance à l'expérience naïvement manifestée soit mise hors jeu. Mais cela doit se faire sous une forme tellement efficace que toute tentation de rechute dans l'accomplissement naïf de l'expérience soit écartée. C'est seulement lorsque pour moi rien au sens strict n'est plus "là" ni réalité existante que je puis me saisir moi-même comme sujet transcendantal, comme cette irréalité que présuppose toute réalité naturelle"

Philosophie première, tome II, p. 110-111.

cf. méthode de réduction phénoménologique.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com