Textes philosophiques

Serge Pastor  Ton cœur bat-il ?


-     Ton cœur est assimilable à une pile solaire. Sa charge est éternellement disponible, tant que son orientation est focalisée sur l'Amour, source énergétique intarissable.

     Le sens de ta juste adaptabilité en toutes circonstances, ton détachement vis à vis de la forme, l'innocuité dans tes pensées, tes paroles et tes actes, sont des indicateurs déterminants d'une saine gestion quotidienne de tes rapports avec le monde.

     Cela est l'empreinte indélébile d'un cœur pleinement ouvert à la vie.

     Le « cœur » n'est pas simplement logé dans l'organe cardiaque. Il est présent dans toutes tes cellules, dans tes yeux, dans ton cerveau, dans tes mains, dans tes diverses enveloppes, comme il se trouve, de la même manière à l'extérieur de toi, chez ton frère, ta sœur, ce palmier, cet insecte, cette roche, ce système solaire. Le cœur n'a donc pas de localisation privilégiée, pas de centre sélectif, car il est en toutes choses. Tous tes sens participent à la Présence et à la Fête du cœur. Le cœur est aussi bien à l'origine des forces morpho- psychologiques qui président à la cohésion en tous lieux (atomes, noyaux, cellules, unités végétales, animales, humaines, autres) qu'à l'arrière-plan de la destruction des formes qui n'ont plus lieu d'être. Ainsi le cœur donne-t-il la vie avec la même intensité qu'il déclenche la mort.

     Comprends cela et vois l'œuvre du cœur quand tu vis des petites morts, quand tu renonces à une opinion toute faite, lorsque tu mets fin à la violence et donnes la mort à la haine, lorsque tu abandonnes l'autorité de l'ego, mais aussi lorsque tu développes un comportement positif ou dès que tu construis une situation participant à un réel changement bénéfique pour ta personne ou pour ton entourage.

     Reste tout près de toi, car le cœur est là. Il bat à ta mesure, que tu le perçoives ou que tu y sois sourd… Ton écoute, ton regard, ton observation de ce qui est, ton ressenti vis à vis de la vie, sont l'expression de l'Amour en activité, même si cette action-là te fait apparemment souffrir, renoncer ou abandonner ce à quoi tu tenais le plus. L'Amour emporte tout sur son passage, le bon, le mauvais, l'utile, le futile. Sa force est, en fin de compte, profondément bénéfique et libératoire. Elle conduit à la beauté et à la joie d'être émancipé et en communion avec le silence insondable de la création.

     Cependant, veille soigneusement à ne pas confondre la force de l'Amour avec la force du désir, la puissance d'une pulsion de conquête ou l'autorité imposée par l'appétit et l'appropriation. Le désir de changement par exemple, est mû par des besoins de sécurité personnelle, de satisfaction égoïste, l'intention d'accéder à un poste supérieur dans sa situation professionnelle ou autre, le souhait d'aller mieux sur le plan psychologique, de gagner plus d'argent. Ce désir est forcément intéressé et développe indubitablement la violence, la culpabilité, le jugement, la comparaison ou la compétition, tout ce que n'est pas l'Amour. Le désir de changement n'est donc pas le processus de changement. Ce n'est qu'une idéalisation et une négation vis à vis ce qui est insupportable au regard du moi. L'Amour est lui-même le propre mécanisme du changement. Point n'est besoin de le désirer puisqu'il est là. Le vois-tu ? Le vis-tu ?

     Conduire une vie juste et libre n'est pas affaire de souhait, de volonté ou de désirs personnels, mais est le fruit joyeux d'une approche désintéressée mais fermement orientée vers l'émancipation.

     Ainsi tes motivations les plus profondes peuvent-elles obéir à l'énergie du cœur ou être le jouet de l'émotion et du sentiment de satisfaction personnelle… Repère donc dans ton quotidien, dans chacun de tes instants de conscience, ce qui procède de la nature du désir et ce qui est l'expression de l'Amour en action.

Extraits de "Autorise-toi à (t') aimer" .

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com