Textes philosophiques

Swami Prajnanpad   Le bien et le mal sont relatifs


    « Rien n’est absolument bon ou mauvais. Il y a seulement des différences. Le venin de cobra peut être mortel, mais il peut sauver la vie dans certaines conditions. C’est une erreur de classer les choses en bonne ou mauvaises. Elles sont simplement différentes. Ce qui est nourriture pour un homme, peut être un poison pour un autre. Quand votre maison brûle, vous êtes accablé de chagrin, mais votre ennemi savoure le spectacle, il chante et il danse. Voyez, le bien et le mal sont relatifs. Ce qui est bon et mauvais dépend de l’usage qu’on en fait. Un couteau est il bon ? Oui, il est bon pour couper les légumes et pour d’autre usages. Si on s’en sert pour couper la gorge d’un autre homme, il est mauvais. De plus, les caractères bons ou mauvais sont des points  de vue. Ils ne font pas partie intégrante d’une chose. C’est nous qui les surimposons à ces choses. Nous buvons trop d’alcool et nous disons que l’alcool est mauvais. C’est faux. Nous mettons des lunettes vertes et nous disons que le monde est vert.

     Rien n’est absolument bon ou mauvais dans ce monde. Tout est un mélange de bien et de mal. Si nous voulons avoir le bon, nous avons aussi le mauvais. C’est comme le côté face et le côté pile d’une pièce de monnaie, si vous prenez le côté face, le côté pile va avec. De même si nous cherchons le plaisir, la peine va avec».

 Entretiens avec S. Prajnanpad publiés par R. Srinivasan, L’originel, p. 32-33.

 


Accueil| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com