Textes philosophiques

Schopenhauer    le bonheur comme but est une ineptie


      "Nulle satisfaction, nul contentement, par suite, ne peut être de durée; au fond ils ne sont que la cessation d'une douleur ou d'une privation, et, pour remplacer ces dernières, ce qui viendra sera infailliblement ou une peine nouvelle, ou bien quelque langueur, une attente sans objet, l'ennui. C'est de cette vérité qu'on trouve une trace dans ce fidèle miroir du monde, de la vie et de leur essence, je veux dire dans l'art, surtout la poésie. Un poème épique ou dramatique ne peut avoir qu'un sujet: une dispute, un effort, un combat dont le bonheur est le prix, mais quant au bonheur lui-même, au bonheur accompli, jamais il ne nous en fait le tableau. Au travers mile difficultés, mille périls, il conduit ses héros au but; à peine l'ont-ils atteint, vite le rideau! Et que lui resterait-il à faire, sinon de montrer que le but même, si lumineux, et où le héros croyait trouver le bonheur était pure duperie, qu'après lavoir atteint, il ne s'en est pas trouvé mieux qu'auparavant".

Le Monde comme Volonté et comme Représentation (1818), Éd. P.U.F.  1992, p. 404-405.

Indications de lecture:

Voir leçon la recherche du bonheur. Eckhart Tolle fait la même démonstration avec le cinéma et les "happy end" des films.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com