Textes philosophiques

Schopenhauer    l'insignifiance de l'existence humaine


      "Vraiment, on a peine à croire à quel point est insignifiante, vide de sens, aux yeux du spectateur étranger, à quel point stupide et irréfléchie, de la part de l'acteur lui-même, l'existence que coulent la plupart des hommes; une attente sotte, des souffrances ineptes, une marche titubante à travers les quatre âges de la vie, jusqu'à ce terme , la mort; en compagnie d'une procession d'idées triviales. Voilà les hommes: des horloges, une fois monté, cela marche sans savoir pourquoi, à chaque engendrement, à chaque naissance, c'est l'horloge de la vie humaine qui se remonte, pour reprendre sa petite ritournelle, déjà répétée une infinité de fois, phrase par phrase, mesure par mesure, avec des variations insignifiantes ; un individu, un visage humain, une vie humaine, cela n'est qu'une rêve très court de l'esprit infini qui anime la nature de cette opiniâtre volonté de vivre, une image fugitive de plus, qu'en jouant elle esquisse sur sa toile sans fin, l'espace et le temps, pour l'y laisser un moment - moment qui, au regard de ces deux immensités, est un zéro - puis l'effacer et faire ainsi la place à d'autres".

Le Monde comme Volonté et comme Représentation (1818), Éd. P.U.F. 1992, p. 404-405.

Indications de lecture:

Voir leçon la recherche du bonheur. Eckhart Tolle associe cette insignifiance à la malédiction du temps psychologique.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com