Textes philosophiques

Shri Aurobindo       le Devenir dans son dynamisme infini


     Il nous faut juger de l'existence, non par ce que nous concevons mentalement, mais par ce que nous voyons exister. Et la forme la plus libre, la plus pure de notre vision de l'existence telle qu'elle est ne nous montre que mouvement : deux choses seules existent, le mouvement dans l'espace, le mouvement dans le temps, le premier objectif, le second subjectif. L'extension est réelle, la durée est réelle, l'espace et le temps sont réels. Même si nous parvenons à passer derrière l'extension dans l'espace et à la percevoir comme un phénomène psychologique, comme unie tentative du mental pour rendre l'existence maniable en répartissant dans un espace conceptuel l'ensemble indivisible, nous ne pouvons néanmoins passer derrière le mouvement de succession et de changement dans le temps. Car c'est la substance même de notre conscience. Nous sommes, et le monde est, un mouvement qui sans cesse progresse et croît en intégrant tous les enchaînements du passé dans un présent qui s'offre à nos yeux comme le commencement de tous les enchaînements de l'avenir - un commencement, un présent qui toujours nous échappe parce qu'il n'est pas, car il a péri avant que de naître. Ce qui est, c'est l'éternelle, l'indivisible succession du temps qui porte sur son flot un mouvement progressif de conscience qui est aussi indivisible. Ainsi donc la durée, mouvement et changement éternellement successifs dans le temps, est le seul Absolu. Seul le devenir est l'existence.

La Vie divine, t I, Albin-Michel, p. 110.

Indications de lecture:

Voir les textes de Bergson.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com