Textes philosophiques

Shri Aurobindo     La moralité commune et son contenu hétérogène


     « Le bien et le mal humains sont relatifs et les critères érigés par l’éthique sont incertains autant que relatifs. Ce qu’interdit l’une ou l’autre des religions, ce que l’opinion publique de la société considère comme bon ou mauvais, ce qui est jugé utile ou nuisible à la collectivité, ce qu’une loi temporaire de l’homme permet ou défend, ce qui est bienfaisant ou malfaisant pour soi ou pour autrui ou considéré comme tel, ce qui s’accorde avec tel ou tel idéal, ce à quoi nous sommes poussés ou dont nous sommes détournés par un instinct que nous appelons conscience – c’est un amalgame de tous ces points de vue qui est l’idée hétérogène déterminante, qui constitue la substance complexe de la moralité. En chacune de ces choses on trouve un constant mélange de vérité, de semi-vérité et d’erreur qui poursuit toutes les activités de notre connaissance-ignorance mentale limitative. Une maîtrise mentale sur nos désirs et instinct vitaux physiques, sur notre activité personnelle et sociale, sur nos rapports avec autrui est indispensable pour nous en tant qu’être humain, et la moralité crée un critère par lequel nous pouvons nous guider et établir une maîtrise conforme à l’usage. Mais cette maîtrise est toujours imparfaite et c’est un expédient, non une solution ; l’homme demeure ce qu’il est et a toujours été, un mélange de bien et de mal, de péché et de vertu, un ego mental avec une domination imparfaite sur sa nature mentale, vitale et physique.

     L’effort pour choisir, pour conserver dans notre conscience et notre action tout ce qui nous semble bon et rejeter tout ce qui nous semble mauvais et pour réformer ainsi notre idéal, nous reconstituer et nous modeler à l’image d’un idéal, est un mobile éthique plus profond, parce qu’il s’approche davantage de la véritable solution ; il repose sur cette idée saine que notre vie est un devenir et qu’il y a quelque chose qu’il nous faut devenir et être ».

 La Vie divine, II, Albin-Michel, p. 432-433.

Indications de lecture:

 

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com