Textes philosophiques

Jean Baudrillard                 le mythe a trouvé refuge dans le cinéma


    Le mythe, chassé du réel par la violence de l’histoire, trouve refuge au cinéma.

L’histoire est un référentiel perdu, elle est notre mythe.

“Le grand événement de cette période, le grand traumatisme est cette agonie des référentiels forts, l’agonie du réel et du rationnel qui ouvre sur une ère de la simulation.” L’histoire s’est retirée pour laisser la place à une nébuleuse vide de références.

Il existe de nos jours une fétichisation de l’histoire qui correspond à la traumatisation de la perte des référentiels.

Dans l’évocation cinématographique c’est de la simulation.

“Le cinéma et sa trajectoire: du plus fantastique ou mythique au réalistique et à l’hyperréalistique.”

“Simultanément à cette tentative de coïncidence absolue avec le réel, le cinéma se rapproche aussi d’une coïncidence absolue avec lui-même – et ceci n’est pas contradictoire: c’est même la définition de l’hyperréel.”

“[…] le cinéma est fasciné par lui-même comme objet perdu tout comme il est (et nous sommes) fasciné-s par le réel comme référentiel en perdition.”

Le cinéma et la photo ont contribué à la disparition de l’histoire et à l’avènement de l’archive. Ils ont fixé l’histoire dans une forme visible, “objective”, aux dépens des mythes qui la parcouraient.

Simulacre et simulation,  Editions Calilée.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com