Textes philosophiques

Michel Henry   la Vie se tient dans un éternel présent


     "Ne vivons-nous pas dans un perpétuel présent? Sommes-nous jamais sortis de celui-ci? Comment le faire si nous sommes des vivants, invinciblement joints à eux-mêmes dans la Vie qui ne cesse de se joindre à soi - de s'éprouver soi-même dans la jouissance de son vivre, dans la chair indéchirable de son Affectivité originaire, tissant inexorablement la trame sans faille d'un éternel présent? L'éternel présent vivant de la Vie, la Demeure qu'elle s'est assignée à elle-même-, c'est donc la nôtre, celle de toutes les vivants. C'est la raison pour laquelle il y a tant de place dans cette Demeure. Que nous demeurions toujours en l'éternel présent de la Vie, que ce soit là la condition de tout vivant concevable et de tout fragment de vie, la chair de la moindre nos impressions, ce qui fait en elle son maintenant et sa réalité, c'est ce qu'on peut aussi bien reconnaître à ceci: nous ne nous tenons et nous ne tiendrons jamais dans aucun avenir - "l'avenir", disait Jean Nabert, "est toujours futur", dans aucun passé non plus, pas même le plus immédiat, parce que l'écart de l'irréalité y a d'ores et déjà rendu impossible toute vie".

Incarnation , Seuil, p. 91..


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com