Textes philosophiques

Michel Henry   le Soi transcendantal que je suis


  « Se déploie alors cette évidence décisive : si nous considérons un vivant, en l’occurrence ce Soi transcendantal que je suis, ce n’est pas simplement à partir de l’essence de la Vie et parce qu’il porte en lui cette essence que nous pouvons le comprendre. Seule l’analyse de cette essence de la Vie, pour autant qu’elle implique l’Ipséité d’un premier soi, permet de saisir comment et pourquoi la place est ouverte en elle, dans l’Ipséité de ce Premier Soi, pour tout vivant concevable – pour autant qu’il n’est lui-même possible que comme un Soi. […] Et de fait, , si nous plongeons par la pensée dans la vie de l’un de ces moi transcendantaux nés dans la Vie, il est clair que pas plus qu’il n’a et n’a jamais eu la capacité de se propulser et de s’établir dans la Vie – de se rendre lui-même vivant –, pas davantage aucun de ces moi n’aurait eu la force, à supposer que la Vie ait coulé en lui à la manière d’un flot déterminé, de réunir cette Vie avec soi et, la réunissant de la sorte, d’édifier en elle cette Ipséité à partir de laquelle seulement il est lui-même possible comme Soi, comme ce moi transcendantal que je suis » .

C’est moi la vérité, pp. 139-140.

Indications de lecture:

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com