Textes philosophiques

Michel Henry  malaise dans la civilisation


   « Malaise il y a dans la civilisation chaque fois que l’énergie de la vie demeure inemployée, et elle demeure en cet état parce que le “plus” qui la constitue comme le plus de soi-même, en tant que le parvenir en soi de la subjectivité absolue, n’a plus licence de s’effectuer – parce que plus rien n’est proposé à l’homme, à son voir ou à son faire, en tant que tâche infinie à la hauteur et à la mesure de son Énergie. C’est à l’itération indéfinie de l’accroissement de soi de la Vie dans son éternelle venue en soi qu’il n’est plus satisfait ni répondu. Cette venue ne cesse pas pour autant – pas davantage l’accroissement ni le plus qui lui est inhérent. Se crée alors une situation d’extrême tension dans laquelle l’individu se débat ».

La Barbarie, Grasset, p. 150.

Indications de lecture:

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com