Textes philosophiques


Kant    le devoir est contrainte et obligation


   « Il est de la plus haute importance , dans tous les jugements moraux, d'examiner avec attention et avec une exactitude extrême le principe subjectif de toutes les maximes, pour que toute moralité des actions soit posée dans la nécessité d'agir par devoir et par respect pour la loi, non par amour et par inclination pour ce que le sanctions doivent produire. Pour les hommes et pour tous les êtres raisonnables créés, la nécessité morale est contrainte, (Nötigung), c'est-à-dire obligation (Verbinlichkeit) et toute action fondée là-dessus doit être représentée comme un devoir et non comme une manière d'agir qui, par elle-même nous plaît déjà ou qui peut devenir agréable pour nous. Comme si nous ne pouvions jamais en venir à ce point que, sans ce respect pour la loi qui est lié à la crainte ou au moins à l'appréhension de la transgresser, nous soyons capables, comme la divinité supérieure à toute dépendance, d'entrer de nous-mêmes, par un accord devenu en quelque sorte naturel pour nous et ne devant jamais être troublé, de notre volonté avec la loi morale pure  (qui, par conséquent, comme nous ne serions jamais tentés de lui être infidèle, cesserait tout à fait alors d'être un commandement pour nous), en possession d'une sainteté de la volonté."

 Critique de la Raison pratique, P.U.F. p. 86.

Indications de lecture :

     Les passages soulignés sont en italique dans le texte de Kant. Voir la leçon les fondements du devoir. La confusion entre obligation et contrainte est discutable. Une obligation est morale, mais une contrainte est physique. Le poids mis sur la contrainte ici justifie amplement les critiques de Nietzsche. Le "fardeau" du devoir sur le dos du chameau.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com