Textes philosophiques

Michel Serres       l'écologie politique


    "Immergé dans le contrat exclusivement social, l'homme politique, jusqu'à ce matin, le contresigne et récrit, le fait d'observer, uniquement expert en relation publique et science sociale; éloquent, même rhéteur, cultivé à la rigueur, connaissant les reins, les coeurs, et la dynamique des groupes, administrateur beaucoup, médiatique, il le faut bien, essentiellement juriste, lui-même produit du droit et produisant du droit: inutile de se faire physicien.

     Aucun de ses discours ne parlait du monde, s'entretenant indéfiniment des hommes. Une fois encore, la publicité, comme le veulent les règles de formation d'un tel mot, se définit comme l'essence du public: ainsi donc plus qu'aucun autre, le politique ne s'adonne à aucun discours ni geste sans plonger dans la publicité. Plus encore, l'histoire et la tradition récente lui enseignent que le droit naturel exprime que la nature humaine. Fermé dans le collectif social, il pouvait splendidement ignorer els choses du monde.

     Tout vient de changer. Désormais nous réputerons inexact le mot politique, parce qu'il ne se réfère qu'à la cité, aux espaces publicitaires, à l'organisation administrative des groupes. Or il ne connaît rien au monde, celui qui demeure dans la vielle, jadis appelé bourgeois. Désormais, le gouvernement doit sortir des sciences humaines, des rues et des murs de la cité, se faire physicien, émerger du contrat social, inventer un nouveau contrat naturel en redonnant au mot nature sons sens originel des conditions dans lesquelles nous naissons - ou devons demain renaître" .

Le Contrat naturel, Champ Flammarion, p. 74-75.

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com