Textes philosophiques

Spinoza     la finalité de l'Etat et la liberté d'opinion


     La fin de l’État n’est pas de faire passer les hommes de la condition d’êtres raisonnables à celle de bêtes brutes ou d’automates, mais au contraire il est institué pour que leur âme et leur corps s’acquittent en sûreté de toutes leurs fonctions, pour qu’eux-mêmes usent d’une Raison libre, pour qu’ils ne luttent point de haine, de colère ou de ruse, pour qu’ils « supportent sans malveillance les uns les autres. La fin de l’État est donc en réalité la liberté. Nous avons vu aussi que, pour former l’État, une seule chose est nécessaire : que tout le pouvoir de décréter appartienne soit à tous collectivement, soit à quelques-uns, soit à un seul. Puisque, en effet le libre jugement des hommes est extrêmement divers, que chacun peut être seul à tout savoir et qu’il est impossible que tous opinent pareillement et parlent d’une seule bouche, ils ne pourraient vivre en paix si l’individu n’avait renoncé à son droit d’agir suivant le seul décret de sa pensée. C’est donc seulement au droit d’agir par son propre décret qu’il a renoncé, non au droit de raisonner et de juger ; par suite nul à la vérité ne peut, sans danger pour le droit du souverain, agir contre son décret, mais il peut avec une entière liberté opiner et juger et en conséquence aussi parler, pour qu’il n’aille pas au-delà de la simple parole ou de l’enseignement, et qu’il défende son opinion par la raison seule, non par la ruse, la colère ou la haine. »

Traité théologico-politique

Indications de lecture:

      Bac 2012, TL. Attention sur le sens du mot "fin", ce n'est pas Marx et l'abolition de l'Etat, ce qui serait ici un contresens. Le texte porte essentiellement sur la nécessité de la liberté d'expression à l'intérieur de l'Etat. Rapprocher de Kant chez qui on trouve sur ce passage des idées semblables, Qu'est-ce que les Lumières?, l'usage public et l'usage privé de la raison.  Cependant, notons que Spinoza semble renoncer au droit d'agir, pour rassurer le Souverain, tout en réclamant une liberté de pensée et une liberté d'enseigner. Ce qui laisse penser que le droit d'agir est différé. Diffuser une pensée est déjà une action. Question aussi en discussion: n'y a-t-il pas des limites à la liberté d'expression?


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com