Textes philosophiques

David Hume     notre sens de la beauté


     Notre sens de la beauté dépend énormément de ce principe ; quand un objet a une tendance à causer du plaisir à son possesseur, on le regarde toujours comme beau : comme tout objet qui a tendance à produire de la douleur, est désagréable et laid. Ainsi la convenance d'une maison, la fertilité d'un champ, la force d'un cheval, la capacité, la sécurité et la rapidité de navigation d'un vaisseau forment la principale beauté de ces différents objets. Ici l'objet, qu'on appelle beau, plaît seulement par sa tendance à produire un certain effet. Cet effet est le plaisir ou l'avantage d'autrui. Or le plaisir d'un étranger, pour qui nous n'avons aucune amitié, nous plaît seulement par sympathie. C'est donc à ce principe qu'est due la beauté que nous découvrons en toute chose utile. Combien considérable est ce genre particulier de beauté, la réflexion le fera aisément paraître. Tout objet qui tend à causer du plaisir à son possesseur, ou qui, en d'autres termes, est la cause propre du plaisir, plaît sûrement au spectateur par une subtile sympathie avec le possesseur. On estime belles la plupart des oeuvres de l'art en proportion de leur propriété à leur emploi par l'homme ; et même beaucoup des productions de la nature tirent leur beauté de cette source. Plaisant et beau, en la plupart des cas, c'est une qualité, non pas absolue, mais relative et elle ne nous plaît que par sa tendance à produire une fin agréable.

Indications de lecture:

      Cf. Leçon L'essence de la beauté part A. Voir aussi la position de Kant La contemplation esthétique part B. Il est indispensable de faire une critique de ce texte qui pris au premier degré est très superficiel. Le plaisir suffit-il pour justifier la beauté ? Le jugement qui s'en tient à l'utilité n'est-il pas assez pauvre et non esthétique ? C'est le jugement du genre "une belle vache" (parce qu'elle donne beaucoup de lait! ), "une belle marmite" (parce que bien pratique pour faire la cuisine!). Un ouvre-boîte peut être très pratique, mais laid, un HLM peut être "fonctionnel" mais horrible. Les gens qui sont seulement "pratiques" peuvent n'avoir aucun sens esthétique. Le plaisir que donne la possession n'est pas nécessairement esthétique. C'est juste un plaisir d'avoir en sa possession une chose. Que l'on passe sans transition de l'idée "je l'ai en poche" à "c'est beau" ne répond à aucune logique. C'est l'inverse. Je peux très bien trouver belle une chose que je ne ne possède pas, et c'est justement sa beauté qui me donnera envie de la posséder! Donc la beauté précède le désir! Je peux très bien admirer la ligne d'une belle voiture, la beauté d'une maison, sans y ajouter nécessairement "je la veux!" La jouissance esthétique est indépendante de la possession. Et il y a une infinité de choses admirables dont je peux apprécier la beauté et que je ne possèderai jamais. Beauté du ciel étoilé, beauté d'un paysage, beauté d'un visage etc.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com