Textes philosophiques

F. Nietzsche      ne pas sentir ses chaînes


   "Aussi longtemps que nous ne nous sentons pas dépendre de quelqu'un ou de quelque chose, nous nous estimons indépendants : sophisme qui montre combien l'homme est orgueilleux et despotique. Car il admet ainsi qu'en toutes circonstances il remarquerait et reconnaîtrait sa dépendance dès qu'il la subirait - son postulat étant qu'il vit habituellement dans l'indépendance et qu'il éprouverait aussitôt une contradiction dans ses sentiments s'il venait exceptionnellement à la perdre. Mais si l'inverse était vrai, s'il était vrai que l'homme vit constamment dans une dépendance multiforme, mais s'estime libre quand il cesse de sentir la pression de ses chaînes du fait d'une longue accoutumance ? S'il souffre encore, ce n'est plus que de ses chaînes nouvelles : le "libre arbitre" ne veut proprement rien dire d'autre que de ne pas sentir ses nouvelles chaînes".

Indications de lecture:

Cf. Voir la leçon sur l'essence de la liberté.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com