Textes philosophiques

Duns Scot     L'individuel et l'universel


      Tout acte de sensation porte sur un seul singulier, plusieurs actes de sensations portent sur plusieurs singuliers, or tous ces actes sont le fait d’une seule et même puissance –la puissance sensitive, on peut donc conclure qu’aucun singulier n’est le premier objet de cette puissance, mais que son premier objet est quelque chose d’un [qui est] en plusieurs singuliers, et qui est d’une certaine manière universel. En effet, bien que tout acte de sentir porte seulement sur du singulier, il ne porte pas sur le singulier comme sur son objet premier. Son objet premier est cette unité qui existe dans le singulier –faute de quoi l’objet et l’acte de la puissance ne seraient pas pareils [. . .] De plusieurs actes de sensation, en revanche, on peut tirer un commun, et son objet est ce qu’on appelle l’universel. »

Quaestiones subtilissimae, §11, in A. de Libera (1998), La querelle des universaux, Seuil, Paris, p. 339.]

Indications de lecture:

La querelle des universaux au Moyen-âge, débat classique débute chez Aristote s'opposant au réalisme des Idées de son maître Platon.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com