Textes philosophiques

Fedor M. Dostoïevski      le dieu des nations


« « Il ne s'est jamais encore vu que tous les peuples ou plusieurs entre eux aient un dieu commun, mais toujours chacun a eu le sien propre. C'est le signe de la destruction pour les nations lorsque leurs dieux deviennent communs. Lorsque leurs dieux deviennent communs, les dieux et la foi en eux meurent en même temps que les peuples eux-mêmes. plus un peuple est fort plus son dieu est particulier .Jamais encore il n'y eut de peuple sans religion, « c'est-à-dire sans la notion du BIEN et du MAL » et ses propres bien et mal. Lorsque de nombreux peuples commencent d'avoir des notions communes du bien et de mal, alors ils s'éteignent.

Les possédés

Indications de lecture:

.Voir les autres textes du même auteur sur le fanatisme idéologique.

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z.

 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com