Textes philosophiques

Hegel                      les bienfaits du rire


« Au rire, comme c’est bien connu, sont opposés les pleurs. De même que, dans celui-là, la consonance du sujet avec lui-même, ressentie aux dépens de l’ob-jet risible vient à se traduire corporellement, de même dans les pleurs, s’extériorise le déchirement intérieur, provoqué par un négatif, de l’[être] sentant, – la douleur. Les larmes sont l’exutoire critique – donc, non pas simplement l’extériorisation, mais, en même temps, la séparation d’avec soi par extériorisation – de la douleur ; par conséquent, dans le cas de grandes souffrances présentes de l’âme, elles agissent sur la santé d’une façon aussi bienfaisante que la douleur qui ne fond pas en larmes peut devenir funeste pour la santé et pour la vie. »

 Encyclopédie des sciences philosophiques – III. Philosophie de l’esprit – addition au paragraphe 401 – p. 459 – Traduction B. Bourgeois – Librairie philosophique J. Vrin – Paris – 1988)

Indications de lecture :

    


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com