Dialogues et commentaires sur la leçon :

Introduction à l'écologie


    Kevin Petit
Q. Bonjour, Pour faire suite à mon précédent commentaire et à votre réponse, si j'ai bien compris, il ne s'agit pas de diviser les activités d'une manière ou d'une autre mais d'être Présent. L'important étant plus l'état d'esprit que les compétences en tant que telles. J'ai la sensation qu'aujourd'hui, toutes les activités professionnelles dites de "développement durable", tentent
d'instaurer (quand ce n'est pas imposer) un certain état d'esprit. Comme vous avez pu l'exprimer dans différentes leçons, la sagesse ne saurait s'enseigner. Ne se dirige-t-on pas dangereusement vers une police de la pensée ? En même temps, on voit chez certains peuples qui vivent proche de la nature que la survie de leur société tient à peu de choses. Leur équilibre s'apparente à un chemin de crête sur lequel il pourrait être dangereux de penser autrement. La discipline est-elle donc totalement à rejeter ? Merci pour votre site Bien cordialement

R. Eh bien, vous allez droit au but, c'est exactement la substance du propos. Si l'humanité bascule dans une conscience plus élevée, le changement de conscience impliquera avec une nouvelle manière d'être, une nouvelle manière de faire en harmonie avec la Nature. Il ne sera pas utile d'instaurer une quelconque police de la pensée, ce sera une évidence vécue que nous ne pouvons plus nous comporter comme des consommateurs de l'ère postmoderne. La prise de conscience suffit et tout le reste en découle. Quand vous voyez le serpent, immédiatement, vous faites ce qu'il faut faire, un pas en arrière. Pas besoin de vous faire de la théorie, de la lucidité jaillit immédiatement l'action juste.

Avec la participation de 


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Dialogues| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 E-mail : philosophie.spiritualite@gmail.com