Textes philosophiques

David Hume  les éléments du raisonnement causal


    "Voici une bille de billard posée sur la table et une autre bille qui se meut vers elle avec rapidité. elle se heurtent; et la bille, qui était précédemment en repos, acquiert maintenant un mouvement. c'est là un aussi parfait exemple de la relation de la cause et de l'effet que n'importe lequel de ceux que nous connaissons soit par la sensation, soit par la réflexion. Donc, examinons-le. Il est évident que les deux billes se sont touchées avant que le mouvement fût communiqué et qu'il n'y a aucun intervalle entre le choc et le mouvement. La contiguïté dans le temps et dans l'espace est donc une circonstance requise pour l'opération de toutes les causes. de même il est évident que le mouvement qui a été la cause est antérieur au mouvement qui a été l'effet. L'antériorité dans le temps est donc une autre circonstance requise dans chaque cause. Mais ce n'est pas tout. faisons l'essai avec n'importe quelles autres billes de la même sorte dans une situation semblable, et toujours nous constaterons que l'impulsion de l'une communique du mouvement à l'autre. Voici donc une troisième circonstance, à savoir conjonction constante entre la cause et l'effet. tout objet semblable à la cause produit toujours un objets semblable à l'effet. en dehors de ces trois circonstance de contiguïté, antériorité, et conjonction constante, je ne puis rien découvrir dans cette cause. La première bille est en mouvement; elle touche la seconde bille; immédiatement la seconde bille se met en mouvement; et lorsque je tente l'expérience avec les mêmes billes ou avec des billes semblables, je constate que du mouvement et du contact de l'une des billes, il s'ensuit toujours un mouvement dans l'autre bille".

Abrégé du traité de la nature humaine, trad. D. Deleule, Aubier-Montaigne, 1971, p. 50-51.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com