Textes philosophiques

Swami Prajnanpad    le "non" du refus de ce qui est


    "Quand vous dites à quelqu'un "je vous aime", que voulez-vous dire par là? Si vous vouliez parler de l'autre, vous l'aimeriez comme il est en réalité .dans ce cas, comment pouvez-vous vous mettre en colère parce qu'il a fait quelque chose contre votre volonté? Qui aimez-vous alors? Vous-même... Essayez maintenant de voir ce que vous faites quand vous vous plaignez "pourquoi a-t-il parlé ainsi"! Qu'est-ce que vous impliquez? Dans votre discours, vous acceptez le fait premier qu'il ait parlé, vous acceptez qu'il ait parlé ainsi vous ajoutez qu'il n'aurait pas dû parler comme il l'a fait. Ne trouvez-vous pas là quelque chose d'anormal? Vous acceptez vous-même le fait qu'il ait dit cette chose. Mais aussitôt, vous le refusez, en ajoutant : "non, non, non. Pourquoi a-t-il dit une chose pareille!  Comment a-t-il pu!

     Ainsi, vos propres paroles vous trahissent. Essayez de comprendre la subtilité du processus. "Pourquoi avez-vous dit cela!" implique "vous n'auriez pas dû le dire" N'en est-il pas ainsi? ... Dès le début  vous avez accepté qu'il a dit quelque chose, la minute suivante, vous y avez surimposé votre propre désir. Même après avoir vu la réalité, comme vous ne vouliez pas réellement la voir, vous la niez".

 L'Expérience de l'Unité, L’originel, p. 24. sq.

Indications de lecture:

Voir leçon Les formes de l'illusion pour la surimposition.


Accueil| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com