Textes philosophiques

Ralph Waldo Emerson    L'orientation vers le matérialisme et l'idéalisme


    "L'idéaliste, lorsqu'il parle des événements, les voit comme des esprits. Il ne nie pas le fait sensible, en aucun cas ; mais il ne voit pas que cela. Il ne nie pas la présence de cette table, de cette chaise, ou des murs de cette pièce, mais il regarde ces choses comme l'envers d'une tapisserie, comme l'autre extrémité, chacune étant la suite ou la fin d'un fait spirituel qui le touche de près. Cette manière de regarder les choses fait passer tout objet, dans la nature, d'une position extérieure indépendante et d'anomalie vers et dans la conscience. Même Condillac le matérialiste, qui fut peut-être l'interprète le plus logique du matérialisme, se vit contraint de dire: « Quand bien même nous nous élèverions dans les cieux, quand bien même nous sombrerions dans les abysses, nous ne sortirions jamais de nous-mêmes ; c'est toujours notre propre pensée que nous percevons. » Que pourrait donc dire de plus un idéaliste?

     Le matérialiste, à l'abri dans la certitude des sensations, raille les théories subtiles, les contemplateurs d'étoiles et les rêveurs, il croit que sa vie est solide, que lui, au moins, ne prend rien pour acquis, mais qu'il sait où il se trouve et ce qu'il fait. Pourtant, il est très facile de lui montrer, qu'il est, lui aussi, un fantôme qui marche et oeuvre parmi les fantômes, et qu'il lui suffit de poser une question ou deux au-delà de ses questions quotidiennes pour voir son univers solide devenir sombre et impalpable devant ses sens. L'énergie capitaliste, aussi profondément et carrément qu'il pose les fondations de sa banque ou de sa Bourse sur des blocs de granite de Quincy, doit l'installer, au bout du compte, non pas sur un cube correspondant aux angles de sa structure, mais sur une masse de matériaux et de solidité inconnus, chauffée à rouge ou à blanc, peut-être jusqu'au coeur, qui se clôt en une sphéricité presque parfaite pour flotter suspendue dans l'air doux et s'éloigner en tournoyant et en entraînant dans son sillage banque et banquier, à une allure de plusieurs milliers de miles à l'heure, et le banquier ne sait pas dans quelle direction il s'éloigne,- comme une halle, qui tour à tour étincelle et s'assombrit à travers un petit espace cubique à la marge d'un inimaginable abîme de vide. Et ce ballon fou, dans lequel est embarquée toute son aventure est un juste symbole de tout son état et de toutes ses facultés. Il y a une chose, au moins, dont il dit être certain, et qui ne donne pas la migraine, c'est que les chiffres ne mentent pas ;la table de multiplication a jusque tri été jugée vérité irrécusable ; et, de plus, si je dépose un aigle d'or dans mon coffre-fort, je le retrouverai le lendemain ; - mais, pour ce qui est de ces pensées, je ne sais pas d'où elles viennent. Elles changent et disparaissent…"

 

Essais, Le transcendantaliste, p. 14-15.

Indications de lecture :

Cf. La leçon sur Philosophie de la Nature. Voir aussi second texte.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com