Textes philosophiques

A. Jacquard    le terme de crise et celui de mutation


   "Il caractérise généralement un épisode, dont le contenu est variable, dont la durée peut être plus ou moins longue, mais qui comporte toujours un début et une fin. Face à une crise de larme, ou à une crise de fièvre, il est parfois suffisant d'attendre que les choses s'arrangent d'elles-mêmes. Après la pluie le beau temps. Employer ce mot de "crise", c'est marquer notre confiance dans la stabilité globale des équilibres auxquels nous participons. Tel ne semble pas être le cas pour les événements présentés comme "crise économique de l'été 2008". Selon les gens du métier, elle ne ramènera jamais à l'état initial les rapports complexes entres les trois entités que sont, d'une part l'ensemble des humains, d'autre part la richesse qu'ils ont accumulée et continuent d'accroître, enfin la monnaie qui permet d'échanger cette richesse, monnaie qui est gérée par les organismes financiers. Une transformation radicale et surtout irréversible de ces rapports a eu lieu. Devant de tels événements, les biologistes utilisent le mot "mutation"; il signifie que les métabolismes s'engagent dans une direction nouvelle, le cours de leur histoire bifurque, ce qui a des conséquences sans commune mesure avec celle du passage d'une crise".

Le Compte à Rebours a-t-il commencé?   Stock, 2009, p.95.

Indications de lecture:

      Voir la leçon Un Monde en crise.

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com