Textes philosophiques

Krishnamurti    une pensée mécanique crée de la division


    "Le problème crucial de notre existence est celui de la pensée, de l'ensemble des mécanismes liés à l'activité mentale. En Orient comme en Occident, toute notre civilisation se fonde sur la pensée, sur l'intellect. Or la pensée est très limitée et mesurable, et pourtant c'est elle qui est à la source des prodiges les plus extraordinaires du monde: nous lui devons par exemple l'univers de la technologie, la conquête de la lune, la construction de logements confortables accessibles à tous. Mais elle est aussi responsable de bien des malheurs – elle est à l'origine de tous les instruments de guerre, de la destruction de la nature, de la pollution de la planète, et , si l'on creuse un peu plus loin, on constate aussi qu'elle est à la source de prétendues religions qui sévissent partout dans le monde. La pensée est responsable de la mythologie propre aux chrétiens, avec leur Sauveur, leurs papes, leur  notion de salut, etc. Nous lui sommes également redevable d'une forme de culture particulière, caractérisée par son développement technologique et artistique, mais aussi par la cruauté et la violence dans les rapports humains, les divisions entre classes sociales, etc. Le système de fonctionnement de la pensée est un système mécanique, du même ordre que celui de la philosophie et de physique mécaniste.

         La pensée a crée les divisions entre les êtres humains – il y a un clivage entre le moi et le non-moi, entre « nous » et « eux », entre hindous et bouddhistes, il a les communistes et les autres, les jeunes et les vieux, les hippies et ceux qui ne le sont pas, les tenant de l'ordre établi et... la liste n'est pas close. Toute cette structure est le résultat direct de la pensée. Je crois que le constat est suffisamment clair, et il est vérifiable dans tous les domaines – religieux, laïc, politique, national.

           La pensée a donné naissance à un monde extraordinaire – de splendides cités aujourd'hui en ruine -, aux moyens de transport ultra-rapides... Dans le domaine relationnel, en revanche, elle a toujours été un facteur de division entre les hommes. La pensée, cet écho de la mémoire, de l'expérience, du savoir acquis, divise les êtres humains. Autrement dit, à partir d'une succession d'activité et d'incidents survenus dans notre relation, elle façonne l'image du « moi » et ni « toi » - images qui doivent leur existence aux incessants mouvement qui inter-agissent dans la relation. Ces images était de type mécanique, cela explique que la relation devienne mécanique ».

   L'Esprit et la Pensée, poche, p. 81-82.  conférence de Saanen, le 20 juillet 1972

Indications de lecture:

    


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 
philosophie.spiritualite@gmail.com