Textes philosophiques

Raymond Moody   les origines de l'allégorie de la caverne de Platon


    « Serait-il possible que l'allégorie de la caverne de Platon lui ait été inspirée par le lieu de l'oracle situé à Epire? Dans la La République ce chef-d'oeuvre de littérature de l'Antiquité, Platon démontrait les limites de la connaissance humaine en suggérant que nous, simples mortels, vivons dans une caverne et n'avons aucune idée des merveilles qui sont juste au-dessus de nous... Il y a à Ephyra, nombre de similitudes. Les gens sont emprisonnés dans une caverne souterraine, la lueur tremblotante des chandelles projette des ombres sur les murs, les maîtres des lieux arrivent à convaincre leurs visiteurs que les ombres sont réelles et les captifs sont enfin libérés pour remonter au jour et ensuite prendre un bain.

       Platon avait, et cela et particulièrement frappant dans ses dialogue, un sens parfait de la parodie... Il est clair qu'Ephyra était fréquenté du vivant de Platon  et que bien que le lieu de cet oracle se trouvât en un endroit difficile d'accès, une foule de gens s'y rendaient. Nous ne pouvons douter du fait qu'un homme aussi bien informé que Platon savait tout ce qui s'y passait... L'oracle dont Platon parle dans le livre VII de la République,  pourrait-il être celui d'Ephyra? ...

      Je suppose que cette allégorie sombre, inquiétante, est une parodie de l'oracle des défunts qui existait en Epire. Car il y a dans le texte de Platon et l'oracle d'Ephyra de nombreux parallèles. Dans un cas comme dans l'autre, les étranges habitants d'un monde souterrain ne voient jamais la lumière du jour. Des serviteurs anonymes trompent les prisonniers leur faisant croire à tort que les ombres projetées sur les murs sont réelles. Et lorsque les captifs sont enfin libérés, on les conduit à la lumière puis on leur fait prendre un bain...

       Au début de la République, Socrate semble faire allusion à l'incident au cours duquel Périandre avait envoyé une délégation sur les lieux de l'oracle d'Ephyra, pour ordonner que sa femme soit libérée du monde souterrain...

      L'essentiel de cette allégorie traite de la situation pitoyable des prisonniers, mais Socrate mentionne d'autres humains qui vivent dans la caverne: ce sont les serviteurs qui projettent les ombres sur le mur pour tromper les prisonniers. Je pense que ces serviteurs guidaient les pèlerins dans leur attente d'une apparition et que les prisonniers sont les pèlerins eux-mêmes. Il est possible que les guides aient été ces Cimmériens, qui, de par leur tradition, vivaient à tout jamais dans l'ombre".

 

Rencontres, Robert Laffont, p. 75 sq.

Indications de lecture:

Voir tous les textes de Moody du site, dont le précédent. cf. leçons Recherches sur les NDE 1, et surtout  recherches sur les NDE 2. Important, l'usage que Platon aurait fait des pratiques d'Ephira pour son allégorie de la Caverne. cf. p.73. sq.


Bienvenue| Cours de philosophie| Suivi des classes| Textes philosophiques| Liens sur la philosophie| Nos travaux| Informations
 philosophie.spiritualite@gmail.com