Leçon 169.        Conscience et attention     

    La conscience naît dans l’attention et disparaît dans l’inattention. Un homme qui vit par inadvertance ne vit pas à la hauteur des possibilités de la conscience, il ne fait que rester à la surface de la vie, ou ne fait que survivre : il est inconscient. Vivre délibérément, c’est vivre dans la flamme de l’attention, ce qui ne veut rien dire d’autre que vivre en toute lucidité. Les actes manqués relevés par Freud ne peuvent se manifester que dans l’inattention. Si la névrose peut être définie comme une vie marquée par l’acte manqué, c’est qu’en elle la conscience est en déficit d’attention. Si la santé mentale peut être définie à partir de l’acte réussi, c’est qu’elle suppose un rassemblement de l’attention.

    De plus, comme nous l’avons vu, l’attention inscrit la conscience dans le présent, à la différence de la rétention du souvenir qui marque la relation au passé et la protension de l’attente qui tire la conscience vers l’avenir. Ainsi, le temps psychologique du repli dans le passé, ou de la fuite dans l’avenir ronge l’attention au présent et fomente sa  dissolution. L’identification au temps est cette opération du mental qui, en suscitant un ailleurs et un autrement, voile l’attention au maintenant, la présence.  Le présent du présent disait Saint Augustin, c’est l’attention.

    Nous voyons donc à quel point conscience et attention ne sont pas séparables, tant et si bien que nous pourrions même les confondre. Mais la conscience peut-elle être définie par l’attention? Le propre de l’attention n’est-il pas de porter d’avantage sur l’objet que sur le sujet ? Faire attention, n’est-ce pas toujours faire attention à quelque chose ? Y a-t-il dans l’attention un nécessaire oubli de soi en faveur de l’objet ? Pour reprendre une formule employée dans ces leçons : en quel sens serions-nous en droit de parler d’attention sans objet ?

*   *
*

    

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L'accès à totalité de la leçon est protégé. Cliquer sur ce lien pour obtenir le dossier

___________________________________________________________________________________________________________________

 

Vos commentaires

Questions :

1.       Nous ne pouvons pas être conscient en même temps de deux choses à la fois. Pourquoi ?

2.       En quoi le conscient ne peut-il s’expliquer sans référence au subconscient?

3.       Au niveau de l’attention, comment caractériser l’inconscience ordinaire?

4.       Les éducateurs se plaignent d’avoir trop souvent affaire « à des gamins déstructurés »,  qu’est-ce que cela nous dit sur notre société actuelle ?

5.       Pourquoi est-il si important d’être attentif aux mouvements de l’esprit ?

6.       Pourquoi ne faut-il pas confondre l’effort et l’attention ?

7.       Pourquoi dire que l’attention véritable n’implique pas l’entrée en scène de l’ego ?

 

 

   © Philosophie et spiritualité, 2007, Serge Carfantan,
Accueil. Télécharger, Index thématique. Notion. Leçon suivante.


Le site Philosophie et spiritualité autorise les emprunts de courtes citations des textes qu'il publie, mais vous devez mentionner vos sources en donnant le nom de l'auteur et celui du livre en dessous du titre. Rappel : la version HTML n'est qu'un brouillon. Demandez par mail la version définitive, vous obtiendrez le dossier complet qui a servi à la préparation de la leçon.